Partagez|

Pervers scintillant en vue ... - Feat Baltazar

avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Dim 16 Sep - 20:40
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar


Quartier de Brooklyn très tranquille, avec que des maisons quasiment identiques qui s’étendaient tout le long de la petite rue.  La porte de l’une d’entre elle s’ouvrit et un jeune homme habillé assez décontracte apparut sur le pas de la porte. Et avant de franchir le seuil afin de quitter le domicile, ce même jeune homme se retourna un instant vers l’intérieur de la baraque et répliqua à haute voix :

Okay p'pa j’ajoute ça sur la liste ! Il attendit une confirmation qui fusa aussitôt, puis il adressa un signe à son père et un sourire avant de fermer la porte.

Sifflotant ensuite gaiement, le jeune garçon en chemise à carreaux rouge et jean gris dévala les quelques marches, emprunta les quelques dalles de ciment en guise de chemin vers le portail pour se retrouver dans la rue et sur le trottoir. Juste devant était garé sa jeep bleu clair, un très ancien modèle rafistolé au gros scotch à des endroit, mais qu’il adorait quand même. C’était un cadeau de ses parents, sa première voiture depuis qu’il avait décroché son permis il y a peu de temps.
Il fit tressauter ses clefs dans la paume de sa main tout en contournant le véhicule afin d’être du bon côté pour grimper dedans.
Avant d’ouvrir cette dernière, il aperçut la vieille miss Kallagan. Il fit un signe à cette vieille dame dont il avait déjà tenté de récupérer son chat sur le toit, et dans sa tentative, il avait niqué sa gouttière.

Hey Bonjour madame Kallagan comment ça v... ?

La vieille dame grogna et tira d’un coup sec son rideau, apparemment elle lui en voulait encore pour cette gouttière.

... Aujourd'hui...Mmmouais...

Newt s’en démonta pour autant, reprenant sa petite chansonnette en sifflotant toujours entres les dents, il agrippa bien la portière et tira dessus d’un coup sec.

Cette dernière s’ouvrait et se fermait très mal, mais bon, il n’y avait rien à voler de valeur dans sa bagnole. Il s’installa derrière son volant, posa une de ses mains dessus, tandis que de l’autre il enfonça la clef dans le contact.

Soit gentille ma belle, pas de caprice okay ? chaque fois avant de la démarrer il prononçait cette petite phrase comme un talisman. Et pour le moment ça fonctionnait car… Dès le premier tour de clef, elle se mit à ronronner vigoureusement.

Il esquissa un petit sourire, posa ses des mains sur le volant et encore une fois s’adressa à sa titine :

Brave fille, allez on va faire des courses aujourd'hui. Il manœuvra doucement se tordant la nuque pour bien voir dans les rétros et décolla de devant chez lui. La jeep bleue se coula derrière une familial beige ou s’agitait quelques gamins sur la banquette. Mais avant tout Newt bien concentré à son volant était en route pour le centre commercial qui se trouvait à quelques pâtés de maison de là.

Mais, la circulation était dense. Il y avait beaucoup de feu et de croisement dans cette avenue, et puis tous semblèrent avoir eu la même idée au même moment… ce n’était pas possible que tout Brooklyn brusquement ait envie de faire ses courses à cette heure précise… Personne ne bossait dans le coin ou quoi ? Donc pour patienter un peu plus agréablement que les coups de klaxonnes, il alluma la radio, laissant la musique égayer l’attente pendant qu’il s’efforce d’avancer peu à peu dans les rues encombrées. Après une bonne demi-heure au moins, il arriva sur le parking et chercha une place. Fort heureusement, il n’en manquait pas, ce qui lui épargna encore de tourner pendant un moment. Il en choisit une plutôt pas loin de l’entrée et sortie. Fit un créneau sans problème et coupa le moteur.
Puis il quitta son véhicule pour s’avancer d’un bon pas vers l’entrée du magasin. La porte coulissante, coulissa pardi (lol) et le jeune homme passa le portillon pour s’engouffrer dans les rayons de légumes. Il choisit un panier et hop fouilla sa poche de son jean pour trouver le papier où étaient noté les courses. Suivant sa liste, il commença à déambuler dans les rayons pour prendre ce dont ils y avaient besoin à la maison.

Concentré sur sa liste, il passa à côté d’un type avec une coiffure en piques scintillant un peu. Il ne le remarqua même pas au début, plissant les yeux, se mordillant la lèvre et se dirigeant vers le rayon pains et céréales. Sa mère voulait une certaine marque de pain complet en tranche. Il se mit à scruter les paquets promenant ses longs doigts dansant sur la surface des emballages… Mazette ! Ils se ressemblaient tous en plus !
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Mar 18 Sep - 19:00
if Show myst go on !
feat Free
Allez Balt’, c’est l’heure, lève toi. Le soleil traverse à travers les persiennes dans le bal des rayon de lumières. Tu as la gueule de bois. Mal au crâne et tu sens que si tu te lèves trop vite ou trop tôt, la nausée est sous-jacente. Tu ouvre légèrement les yeux, tu reste sans bouger quelques instants à regarder les oiseaux profiter de leur liberté aérienne et bientôt tu sens que quelque chose cloche.

Tu restes là, immobile. Sans trop chercher et là ça te percute. Le truc qui cloche. C’est un bruit. Un son. Mais ce n’est que quelques instants plus tard que tu réalise. Ce son.. C’est une respiration..
Balthazar.. Qu’est ce que tu as encore fait ? Tu ferme les yeux, tu espères au fond que tout ceci n’est qu’un rêve mais.. Non. Quand tu les réouvre, en plus de te prendre le soleil en pleine tronche tu sens ce souffle sur ta nuque. Tu frissons et tu décides de ne pas bouger.

Bientôt tu décide d’attraper ton téléphone. Tu te fais discret. Lentement, tu tends ton bras vers la table de chevet et tu attrapes l’appareil. Tu zappes les notifications de l’écran d’accueil, ton cerveau est embrumé et tu as l’impression que te mains réagissent mal. Qu’elles tapent à coté. Ta tête est lourde.  Elle vibre d’une frénésie passée, lointaine. Quelle galère.. Enfin. L’appareil photo. Oh mon dieu ! La tête que tu as.. Tu fais peur au réveil mon grand.. Tu lèves doucement le bras et incline ton cellulaire pour voir qui se trouve derrière toi..

Oh merde, il  bouge. Putain t’as pas eu le temps de regarder.. Tu rabat ton bras à la vitesse de la lumière et te tortille sous la couette pour masquer ton action. Une sorte d’alibi, en soit. Plan foireux.. Comment faire ? À priori il dort. Il ? T’es sûr de toi ? Tu tends l’oreille. Oui. T’es sûr. Ou C’est il, ou elle se transforme en gorge, camionneur, 53 ans à la pleine lune. Oh non.. Hôte cette image de ta tête, par pitié ! Je vous en prie tout mais pas ça.. Bon. Ressaisie toi. Ca pourrait être pire. Regarde : Il fait beau, les oiseaux chantent, ça va être une belle journée ! Une fois l’intrus identifié et remercié ! En plus tu es.. Tu es ch.. Chez.. Oulah ! vertige.. Sensation de faire un saut dans le vide. Ah.. non.. Pas chez toi.. C’est joli les persiennes, tiens.. C’est très joli même. Mais dommage, tu as des rideaux, toi, mon grand. Et merde..Dans quoi tu t’es encore fourré. Jeu de mot louche au passage.. T’es vraiment tordu. Bon allez, on se concentre. Tu dois t’exfiltrer. Et vite.

Tu sautille légèrement dans le lit. Ça bronche pas, visiblement ça dort bien.. Tu cherches tes vêtements des yeux. Ton pantalon dépasse du pied du lit et ta chemise est en boule, par terre.. Bon allez.. Doucement Balthazar, tout doucement.. Allez, premier pied, second pied, tu  glisses lentement le long du bord du lit, tu te liquéfies lentement hors des draps. Mais qu’est ce que t’as foutu sérieux ? C’est pas trop le moment d’y réfléchir là tout de suite, on verra ça après..
Tu te retrouves là, à moitié nu dans une pièce inconnue. Dans un appartement inconnu. Et surtout dans un lieu qui lui aussi t’es inconnu.. Haut les cœurs ! Tu enfiles rapidement ton pantalon, récupère ta chemise et te tourne face à la pièce. La sortie. Tu pars vers la première porte, ouvre et.. Et merde ! La porte grince comme la articulation d’une vieille de deux milles ans.. Double merde ! C’est la salle de bain. Et là, c’est le drame.
« Tu t’enfuis Joshua.. ? » Dit une voix encore endormie dans ton dos. Alors tu baisses la tête et tu rétorques : « Je veux juste prendre une douche. Il faut que j’y ailles.. » Et tu entres dans la salle de bain. Sur le bord de la baignoire trônent deux coupes et deux bouteilles de champagne. Toutes vides. Tu décide de prendre une douche, tant qu’à faire. Mais qu’à tu fais ? Le contact de l’eau brûlante sur ta nuque te provoque un frisson revigorant et rattache un bâillement à t’en décrocher la mâchoire.

Tu ne compte pas le temps qui passe. Tu es trop occupé, adossé au mur à refaire le fil de ta soirée. Joshua Tu étais donc au Mystic.. Ton second prénom te sers de couverture quand tu y vas. Ça tu en es certain. Oh ça y est ! Tu le tiens ! Le nouveau barman ! Le jeune, mignon. Tu souris. Tu ne sais absolument pas comment c’est arrivé mais c’est arrivé et à vrai dire ce n’est pas si grave.

Quand tu sors de la salle de bain, le lit est vide. Au passage tu regarde l’heure sur le réveil. 10.38 ?! Oh mon dieu c’est rare quand tu sors autant. Tu as bu. Beaucoup bu.. Beaucoup trop bu ! Tu passes la porte de la chambre et tombe dans un salon avec cuisine ouverte ou Jehred, maintenant tu t’en souviens, prépare un petit déjeuner trop copieux pour être pour une personne. Il sert deux assiettes vous parlez un peu et tu finis par partir quand cela ne paraîtrait pas impolie.

Brooklyn ! Enfin tu savais où tu étais ! Ton blazer brodé de fil d’or sur l’épaule, tu décidais de faire un détour par le centre commercial. Dans l’allée principale ton sixième sens se mit en action. Un sorcier. Un jeune. Il venait de passer devant toi. Sa magie semblait brute, non maitrisée. Incontrôlée. Ce jeune brun serait-il un sorcier sans maitre ou simplement un sorcier qui s’ignore ?
Tu décidais de le suivre, ta bouteille de cola à la main. Tu fis semblant d’en regarder un mais tu n’avais pas prévu qu’il allait regarder tous les emballages, alors tu fis mines de lire l’emballage tandis qu’il s’approchait de toi et finit a côté de toi. Gêné sans savoir vraiment pourquoi -hormis que tu le suivais- tu regardais fixement les ingrédients, peut être trop fixement pour que ce soit naturel.
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Mer 19 Sep - 0:26
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar



Newt connaissait bien le Gateway Center, ce complexe commercial où toute la famille Campbell avait l’habitude d’y venir remplir leur caddie de courses pour la semaine. Donc c’est tout logiquement qu’il était venu direct ici avec la petite liste d’achats. Il était ainsi sûr de trouver tous les produits préférés de ses parents.
Armé de sa petite liste donc, il passa l’entrée avec les fruits frais, les promos et les pâtisseries bien sucrés qui pouvaient donner bien envie à Newt… Lui et les beignets ou donuts, c'était une grande histoire d’amour. En plus exposé là comme ça dès l’entrée était très vilain pour la volonté du jeune homme. En tant qu’ancien Donutscolo anonyme, ce n’était pas bon pour son self contrôle tout ça.

Il évita donc la tentation pour le moment, concentré sur les articles qu’il devait trouver. Le premier… Du pain complet d’une certaine marque. Sa mère trouvait les toasts du petit déj tellement meilleurs avec ce pain. Pourtant… Un pain est un pain… Il s’appellerait autrement ne serait-il pas tout aussi paintesque ? … Non ? /out
Du coup… Il s’arrêta devant le rayon et… Et !... Et ?... Et pourquoi y en a-t-il autant de différent ? hein ? Nan mais ?... Lequel est-ce ? Car quand sa mère le propose au ptit déj évidemment c’est dans une assiette donc pas dans on emballage.

Face à ce rayon rempli de différentes sortes de pains, mister Newt promena ses doigts hésitant le long des marques. Son regard brun se fit désemparer et il marmonna tout bas les différentes marques en ajoutant son petit commentaire, du genre : « Nan je crois pas… peut être ? … hannn nan… je pense que c’est plutôt celui-ci… Han mais… ou celui-là … »
Puis il se mit à se frotter le menton, fronçant les sourcils dans une intense réflexion. C’est alors que doucement il remarqua un peu le type pas loin de lui, qui demeurait fixé sur un paquet de pain. Mais genre à lire presque avec passion ses ingrédients. Ma foi pourquoi pas hein ?
Peut-être que lui aussi était en galère pour trouver le bon pain, comme quoi il n’était pas le seul au monde dans le caca.
Mais bon… caca ou non, il devait se décider alors il décida de choisir un des pains complets qui lui semblaient le mieux et si ce n’était pas le bon… tant pis, il dirait juste dans ce cas à sa mère qu’il n’y avait plus de sa marque préférée et puis voilà.

Alors fort réconforté par cette solution, Newt leva la main pour prendre le paquet de pain qu’il avait repéré. Il était assez haut, alors il se leva légèrement sur la pointe des pieds pour effleurer de ses doigts ledit paquet.
Cependant… Il n’avait pas vu venir cet enfant, qui courait, s’échappant du rayon bonbons d’accoté avec serré contre lui, le paquet qu’il désirait et que sa mère voulait lui reprendre pour le remettre en rayon.

Tel un boulet de canon le gamin fila sans regarder dans le même rayon que lui en criant et riant. Newt agrippa du bout des doigts le paquet, un sourire de joie commençant à se former sur sa bouche. Puis là… le mini bulldozer bruyant… fit PAFFFF dans Newt. Newt pour pas tomber, eut le réflexe de se tenir au rayon. Mais avec le choc, il perdit l’équilibre, le rayon se décrocha et bascula vers lui et le gamin.
Le jeune homme tombant en arrière, le gamin sur lui, au-dessus l’immense étagère d’acier et de planches se déversèrent sur eux. Newt voyait déjà sa dernière heure défilée et… et… il n’y avait pas grand-chose à dire.
Effrayé, il leva les mains et poussa un cri forcément … et… L’étagère, les pains et les planches s'immobilisèrent une fraction de seconde dans l'espace, puis  brusquement partirent d'une force en arrière. Tous ça basculèrent dans l’autre sens, pour ensuite heurter une autre étagère et un autre rayon et encore un autre, faisant l’effet de domino tout autour de Newt et du gamin.
BADABOUMMMMMMMM... Le sol tremblait avec la chute de tous ce fatras.

Il eut des cris, de la poussière, des articles partout par terre. Mais Newt et le gamin qui auraient dû finir écraser sous ce bazar… se retrouvaient indemne avec autour… un vrai champ de bataille.
Newt se releva et aida le gamin, toutes les clientes et tous les clients fixèrent avec effroi l’état de cette partie du magasin. Les employés et le gérant s'étaient précipité pour voir et semblèrent tout aussi hébétés.
Quant à Newt, Bah il épousseta le gamin, puis secoua aussi sa chemise et ses cheveux pleins de poussière. Puis face à la cantonade silencieuse et dépité, il balança la pire excuse au monde:

C’est tombé tout seul… j’ai pas compris…

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Mer 19 Sep - 13:37
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Free
L’air conditionné du centre commercial, temple du capitalisme et de la consommation t’avais vite fait remettre ton blazer. Tu n’étais pas habitué aux grandes surfaces.Même aux petites supérettes du coin d’ailleurs. Non pas que tu n’aimes pas le shopping. Bien au contraire.. Naitre dans un milieu social précaire t’avais permis, avec l’accumulation des richesses de presque quatre-cent ans de vie, d’apprécier dépenser ton argent, mais faire les courses restait pour toi une besogne. Mais ce jour là, tu ne savais pas pourquoi, tu avais senti le besoin de faire ce détour. Non pas pour « soigner » ta gueule de bois, ça tu aurai pu le faire depuis ton appartement, mais il y avait quelque chose. Une force, un pressentiment. Tu devais y aller. Comme un appeau plus profond de toi qui t’attirais vers cet endroit inhabituel et sordide à tes yeux.

Tu entrais la dedans en jettent des regards à la fois perdu et inquisiteur. Comment pouvait-on avoir envie d’acheter alors que tout ne semblait que profusion et gargantuisme ? Les lumières aseptisées de l’endroit te donnait l’impression d’être dans une morgue géante. La barrière automatique s’ouvrit devant toi et tu ne put réprimer un sourire. Comment croire qu’un si ridicule portique pouvait arrêter quelqu’un.. ? Ta gueule de bois avait commencé à disparaitre mais malgré tout tu sentais que ton estomac était creux, comme si l’alcool avait puisé en toi tout ce qui emplissait ton corps alors c’est tout naturellement qu’en passant devant l’étalage des beignets bien gras et trop sucrés tu t’étais arrêté avec un regard coupable.

Tu regardais autour de toi, cherchant un regard compatissant ou un jugement dans les prunelles de la femme au foyer parfaite, tu ne savais pas trop. Du gras, de la mal-bouffe, ce serait ton remède. Tu allais pour une fois faire comme les humains lambdas et essayer ‘éviter les charmes de dissipation d’ivresse et autres potions de méninges libérées. Tu haussais les épaules et pris la première boite qui se présentait à toi sans trop faire attention à son contenue. Pourvu que ce soit gras et sucré, tout se passerai bien. Mais, sorti du rayon boissons avec ta bouteille XXL deCola sous le bras, tu avais été dérangé.

Il était passé devant toi. Tout près de toi. Ce jeune homme brun. Il avait cette aura magique incontrôlée. Libre, presque palpable. Tu n’avais pas pu t’empêcher de le suivre.Tu savais dorénavant pourquoi ton instinct t’avais poussé à entrer dans le supermarché. Rendu au rayon des pains, tu t’étais vite senti bête. Il s’était approché à quelques centimètres de toi et t’avais regardé, il semblait légèrement décontenancé. Évidement, à fixer tes ingrédients tel un psychopathe alors qu’en plus tu avais à la main des produits tout sauf diététiques tu ne pouvais pas passer pour le genre de blogger healthy insipide qui explique quoi manger boire ou faire.. Couverture très mauvaise. Grillé mon pauvre Balthy.
Alors, tu regarda le paquet quelques instants de plus, mais cette fois tu lis réellement, histoire de ne pas avoir le regard dans le vague.  What a Face :
 


Tu fronces le nez et repose le paquet. Le jeune homme est en pleine escalade d’une étagère. Tu décide de repartir, tu pivote sur toi même, droit comme un i, fais quelques pas et c’est le drame. Non Zoro n’est pas arrivé.. C’est domino day dans le magasin.. Tu te fige, les mains en avant et tu te retourne lentement, très lentement, les yeux grands ouverts. Tu appréhende e qui va se dérouler devant tes yeux. Un quart de tour, tout a l’air normal. Un demi tour et tu comprends ce qui viens de se passer, un petit bonhomme est recroquevillé comme si le ciel allait lui tomber sur la tête et le jeune sorcier a encore la main en l’air. Oh-mon-dieu ! Tous les magasin est tourné vers vous. Tu te pince les lèvres, un sourcil levé, les yeux écarquillés, la bouche entrouverte. Tes lèvres prononce un « boom » insonore. Tes yeux vont de droite a gauche dans tes orbites. Bon.. Il va y avoir du boulot.. Bientôt staff arrive et là il faut agir vite.

La poussière retombait peu à peu, découvrant toutes les silhouettes immobiles. On se serait cru dans un de ses films post-apocalyptique en plusieurs volets. À la fin du premier, scène finale, où le héros est entouré d’ennemis. Tu te précipite sur l’enfant et lui demande comment il va. Il sourit, rigole et hurle : « Badaboum !! » Puis se met à rire. Sa mère arrive en courant, le serre contre elle. Mais comme si un cataclysme ne suffisait pas, quand le staff arrive, le jeune brun sors la pire excuse qui soit. La tension est palpable et le staff se rapproche à grandes enjambées. La mère te remercie, entre rire et larmes. Son enfant est sain et sauf. Tu es bouche bée. Tu fais non de la tête et pointe la source problème du doigt. « Je n’ai rien fait, c’est lui qui a sauvé votre enfant. » Inconsciemment tu applaudit doucement en le regardant. La mère se tourne et fonce droit sur le jeune homme pour le serrer dans ses bras. « Vous êtes un héros ! »

Tu regarde le jeune brun, décontenancé, les yeux hagards et grands ouverts. La tête qui balance lentement de droite à gauche, heureusement, les magasinassent assurés.. Tu es content de repas y aller souvent, ils pourraient fixer leurs rayonnages correctement.. Tu est planté là, tel un pissenlit au milieu d’un  chemin de terre, planté entre une forêt de consommable et un champ de ruines.
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Dim 23 Sep - 1:19

Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar



Newt voulait juste faire quelques courses tranquilles, comme tout mec normal quoi. Prendre sa petite jeep, aller avec dans le supermarché du coin et mettre dans son panier tous les articles de la liste afin ensuite d’aller à la caisse et payer. Bref comme monsieur et madame tout le monde… Mais voilà, Newt l’ignorait mais il n’était ni monsieur et encore moins madame, ça se saurait quand même niveau anatomie, madame tout le monde. Il était né Newt Campbell, et un Newt ça fait quoi ? Bhaaaa des Newteries  en masse …
Il n'était pourtant qu’au premier article, au pain complet pour sa mère. Se hissant un max de sa longueur pour enfin effleurer de ses doigts le sachet qu’il avait choisi. Puis c’est là que tout s’enchaina bien vite… Un gamin lui pilant dessus. BLAFFFF… Un Newt perdant l’équilibre sa main s’accrochant à l’étagère, son corps basculant, l’étagère avec, le gamin sur lui, le contenu et l’étagère menaçant de les écraser. Et… Ça s’était encore produit… Un truc bizarre comme il faisait parfois. Il tenait le kid dans ses bras, lui ne pouvait pas voir, personne en fait. Mais les articles demeurèrent un moment en suspend et immobile au-dessus d’eux, puis comme une forte rafale, tout parti en arrière d’un coup… et le début du cataclysme Newtien… Ho my god…
Newt ferma les yeux, se mordilla la lèvre alors qu’il entendait tout s’effondrer autour de lui.

Ho my god… Ho my god… Ho my god… Ne cessait-il pas de penser pendant que les badaboum, les blaffs, les scratchhhhhhhhh… ne cessèrent de retentir avec des cris et des éclats de voix aussi choqués des autres clients. Puis le silence fut d’autant plus… Assourdissant presque.
Newt ouvrit les yeux et glissa un regard effrayé vers le bordel qu’il avait commis. Lentement il se leva, aidant aussi le gamin et … se retrouva au milieu d’un foutoir sans nom.
Ho my god… Murmura-t-il tout bas, avant de sortir la pire excuse quand tous les regards se portèrent sur lui. Forcément… il était au milieu de toute cette montagne d’article et d’étagères cassés, le coupable était tout trouvé…
Les gens s’amassèrent et surtout la mère du gamin arriva en criant hystérique. L’autre type à la coiffure étrange était là aussi et surtout s’adressa à la mère qui le remerciait d'avoir sauvé son enfant. Newt demeurait figé là, hébété par ce qu’il avait fait, incapable de dire quoi que ce soit.
« Je n’ai rien fait, c’est lui qui a sauvé votre enfant. »
S’éleva d’un coup la voix du gars scintillant et à la coiffure en pique légèrement.

Newt cligna des yeux et réalisa peu à peu que c’est de lui qu’il parlait. Il zieuta tour à tour la mère, le gamin et le sorcier dont il ignorait tout de sa nature surnaturelle.

J… hein ? Laissa-t-il échapper.
Puis la mère s’empressa alors de le serrer dans ses bras, si fort qu’il fallait étouffer le nez contre sa poitrine en plus.

« Vous êtes un héros ! » Lâcha-t-elle émue le tenant pressé contre elle.
Il étouffa des bruits contre son vêtement et … bref, puis quand enfin elle le relâcha, il était tout rouge et faisait face à des applaudissements.

Je... Heu… Nan mais… c… ce n'est rien vraiment… Bredouilla-t-il très gêné car il n’était clairement pas un héros mais une calamité sur patte. Franchement là… ?

Il voulait presque disparaitre sous terre à l’instant… nan que pitié la foudre me foudroie là now, d’un coup. Oui voilà hop !
Et il tenta judicieusement de s’éclipser de là pendant que la mère essuyait la poussière sur le visage de son enfant. Newt cherchait à se barrer au plus vite du magasin, tant pis pour les courses au final.
Il se dirigea vers la sortie, profitant à nouveau de la confusion et il regarda ses mains d’un air… Sceptique et préoccupé.
Mais… ? Qu’est-ce qui clochait tant chez lui bordel ?
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Dim 23 Sep - 15:37
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Free
Évidement, tu ne savais pas ce qui t’avais poussé, après une soirée comme celle d’hier à aller, comme tout humain lambda, faire des courses pour désoler et passer ta gueule de bois. Parfois, la nature, ou la magie pousse vraiment les gens à faire des choses étranges. Mais tu avais fini par comprendre pourquoi tu étais là. D’abord tu t’étais demandé si par cas, ce sorcier n’étais pas simplement incontrôlable ou fou. À présent la vérité semblait tout autre.. Ce petit détour post soirée trop arrosée avait pris un tournant tout à fait différent de ce à quoi tu t’attendais en réalité.. Toi tu étais simplement venu chercher de quoi te requinquer un peu, pensant passer a la caisse avec une moue boudeuse, le crâne bourdonnant, passant pour ce que tu étais, un mec qui avait abusé de la boisson. Mais non. Ce n’étais passe cas. Là, tout de suite, tu étais bien éveillé.
Dos au massacre, tes yeux s’étaient vite ouverts en grand, ton corps s’était figé. Tu n’avais rien vu venir.. Et pour cause, tout cela c’était passé dans ton dos. Des bêtises et autres catastrophes tu en avait vu, mais des comme ça.. Jamais.

Tout s’était passé en une fraction de seconde tu n’avais pas eu le temps de réagir et quand le vacarme cessa, tu étais là, planté entre des rayonnages d’un coté et entre ce qu’il en restait de l’autre. Ton sang n’avait fais q’un tour. Tu l’avais vraiment pas vu venir. Mais à priori, le jeune sorcier non plus.. Tout paraissait encore normal une seconde auparavant mais à présent, tu avais l’impression d’être sur un champ de bataille. Il n’étais ni fou ni incontrollable. Il était incontrôlé.. Ou du moins, sa magie l’était.
Il pesait autour de vous un silence de mort. Percé bientôt par les cris d’une mère qui en premier lieu t’avait sauté dessus comme un loup à la pleine lune, pensant que tu étais son sauveur. Mais la situation était différente de ce quelle pouvait paraitre, en réalité, le source de la catastrophe était la source d’un sauvetage. Empêchant le rayon de l’ensevelir sour une pluie de bois, de métal et de consommable, et probablement évitant la mort d’un petit garçon innocent qui ne pensait pas mal en jouant à faire courir sa maman.

Les jeune homme semblait perdu. Tétanisé par la peur, ou la surprise, qu’importe. Il se retrouvait là, au milieu d’une foule qui vibrait toute son admiration et l’envoyais sur un jeune homme qui n’avait rien demandé et se demandais encore ce qui avait pu se passer. Pour lui, tout avait dû être si rapide et si long à la fois. Ce n’étais pas de la pitié, mais plutôt de la peine que tu ressentis quand tu le vis paniquer, il tremblait presque, il n’arrivait plus à s’exprimer. Se idées semblaient confuses, comme si elles s’entrechoquaient dans son crâne sans qu’il arrive à les éclaircir ou même à en saisir une seule. Il avait ce regarde qu’on parfois cesgens trop humains. Le regard de quelqu’un qui se sent coupable alors qu’il sait qu’il n’en est rien et qu’au contraire, s’il n’avait pas agit, la situation aurait pu être dramatique.
Perdu, voilà ce qu’il était. Il se résigna et parti. Il devait fuir. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait et ca tu l’avais compris, il passa à coté de toi et tu voulu le retenir, tu pivotais sur toi-même, tendant le bras dans sa direction mais même s’il n’étais pas trop tard, tu le laissa partir. Trop tard ou pas, ce n’étais pas le moment. Et c’est ainsi que tu le laissa partir, prendre du recul sur toi, sur la foule, et sur lui même.
Il regardait ses mains, il ne savait pas, il s’ignorait mais tu ne pouvais pas l’obliger à t’écouter. L’obliger à rester et l’accabler de sa nature à ce moment précis. Alors tu baissa la tête, résigné, mais tu savais au fond de toi que tu ne l’abandonnerai pas. Tu ne pouvais et ne pourrais pas.
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Sam 29 Sep - 19:34
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar



Bon Bah… Il s’essuya une légère engueulade quand il rentra chez lui bredouillent de toutes courses. Mais valait mieux se faire appeler « Arthur » par sa mère que de s’attirer de l’attention des gens du supermarket après ce qu’il venait de provoquer… Il ne voulait même pas imaginer les conséquences s’il était resté plus longtemps là-bas. Déjà il mettrait longtemps avant d’y retourner, le temps qu’on oublie un peu sa trombine ça c’est clair.
Il avait réussi aussi à rentrer avec sa Jepp sans trop de soucis, car au vu de son état de bouleversement, il aurait très bien pu n’être pas très attentif à la route et provoquer encore un truc dangereux.
Une fois à la maison et après que sa mère se soit bien fâchée avant de partir à son tour faire les courses que son indigne de fils n’avait pas été fichue de faire, Newt s’était réfugié dans sa chambre et cogita une bonne partie de la soirée et de la nuit. Il investit même son Pc et internet pour tenter de faire des recherches sur pleins de moteur de recherche.
Il tomba sur un article sur la télékinésie et demeura très perplexe à ce sujet. Était-il de ce genre de charlatan ? Nannn impossible la magie et les pouvoirs surnaturels cela n’existe que dans les films et Roman du genre, pas dans la réalité.

Du coup il ne dormit pas franchement bien, et le lendemain quand il retourna en cours… Il aurait pu tourner dans Walking dead directe sans besoin de make up. Cependant ce dont’il avait zappé, c’est que today il y avait un match de basket de l’école et qu’il devait y participer, mieux que ça jouait dans le grand stade. Un match en soirée, amicale avec l’équipe d’une autre école du Bronx.
Toute la journée il se traina et bailla souvent à s’en décrocher la mâchoire. Il s’endormit même en cours de littérature, derrière son livre ouvert et poser devant en paravent. C’est en perdant l’équilibre et se viandant de sa chaise qu’il attira l’attention du prof relativement vieux et guère attentif d’ordinaire au fait que sa classe n’écoutait pas forcément son cours.

Monsieur Campbell ? Vous avez quelques choses à redire sur le texte qu’on est en train d’étudier ? Interrogea le professeur de sa voix tremblante, proche de la retraite.

Paniqué un peu, il remonta sur sa chaise et ramassa vite fait son livre et sa trousse qui avaient suivi sa chute. La classe pouffait et ne semblait pas disposée à l’aider dans cette nouvelle galère.

Jeeeee… Non professeur, je voulais juste rattraper mon crayon qui était tombé par terre pour prendre des notes et j’ai glissé… Désolé monsieur.
Et le vieux goba l’excuse à fond, reprenant son cours ennuyeux à souhait.

Arriva donc le soir enfin ou hélas… Newt se traina vers le terrain extérieur, son sac sur l’épaule pour rejoindre les vestiaires qui sentait bon la vieille chaussette et la sueur. Là toute l’équipe était déjà en train de se préparer, se changer et tout le tralala.
Leur coach, un mec un peu taré et trop exalté leur sort un discours de motivation… Mouais… drôle de motivation quand il parlait de honte sur l’école et sur lui si jamais l’équipe se montrait aussi performant que des flancs. Bref Newt terminant d’enfiler son maillot et de lacer ses shoes tenta de suivre un peu l’entrain de l’équipe.
Puis il suivit tout le monde hors du vestiaire pour rejoindre le terrain. Quand il passa la porte, il nota qu’il y avait du people dans les gradins. Le match avait été annoncé un peu dans tout le quartier, ainsi que celui du Bronx, donc forcément y avait du public extérieur de l’école venu assister à la rencontre.
Newt s’installa sur le banc avec la team pour assister au petit show bien sympa des cheerleaders et les mascottes des deux équipes. Puis il décrocha un peu du spectacle, regardant ses mains avec suspicion et inquiétude. S’il était vraiment télékinésie ... S’il pouvait déplacer des objets ou faire des trucs étonnant comme dans les BD et les films Marvel .

CAMPBELL !!!! BON SANG SECOUE TOI ! Lui hurla le coach.
Newt sursauta et sortit de sa torpeur, la team était déjà sur le terrain prêt à commencer le match et lui était encore sur le banc.

CESSE DE DORMIR ET BOUGE MOI CE CUL SUR LE TERRAIN !
Oui coach ! Il bondit de son banc et trottina vers le centre du terrain pour prendre sa place.

Il fixa leurs adversaires et… Outch… c'était des armoires à glace et faisait bien 2 mètres si ce n’est plus… Il se sentait presque comme un nain de jardin face à ces gaillards-là… le coup de sifflet retenti et la balle fusa au milieu du terrain entre les deux capitaines, le match commença sous les rebonds du ballon, les cris du public, les crissements des baskets sur le parquet et les interpellations entre les joueurs. À lui maintenant de faire son mieux pour jouer et pas de gaffe…

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Ven 5 Oct - 12:28
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Free
A ton retour, Josh avait bien remarqué que quelque chose clochait. Il t’avait demandé, inquiet, ce qui se passait. Ce qui te préoccupait tant que tes sourcils restaient froncés quoi que tu fasses. Il avait même essayé de te faire rien mais rien à faire. Que pouvais tu faire ? Ce jeune homme était dangereux. Pour les autres, mais avant tout pour lui. Il n’étais pas de ton devoir de l’aider, évidement, mais c’était nécessaire.. Sinon qui d’autre le ferait. Alors, regardant la table basse sur laquelle tes pieds étaient posés, tu avais récupération gin tonic et était parti sur le balcon, te contentant de de répondre un simple : « Je ne sais pas. » Et de murmurer ensuite afin qu’il ne t’entende pas : « Pas encore.. » Mais au fond tu savais très bien. Tu n’avais seulement pas pu aider quelqu’un dans le besoin, et ça tu ne le supportais pas. Sirotant ton cocktail, tu t’étais penché, observant central Park. À tes pieds s’étendait la verdure de New-York, sous fourmillement joyeux et agréable. Tu fermais les yeux, cherchant une solution. Quand tu les rouvris, c’est Joshua qui te tira de ta torpeur muette. Quand tes paupières se rouvrirent, ton fils avait l’air inquiet. « Papa, parles moi.. » La nuit était tombée, et chercher des réponses, tu n’avais pas vu le soleil  décliner et se coucher dans son écrin de verre et d’acier. Tu étais resté là, debout, appuyé contre la barrière pendant près de deux heures. Méditant une solution, sondant les vibrations magiques

Le lendemain, après une nuit courte et agitée de doutes, tu avais décidé de rester à la maison. Tu avais décidé d’attendre dans ton lit, regardant par la fenêtre les oiseaux qui passaient furtivement, incapable de dormir, incapable de te concentrer, incapable de réfléchir. Incapable de quoi que ce soit. C’est la porte qui claque qui te libère de ta camisole de vide mental. Joshua venait de partir en cours. Sans doute pensait-il que tu avais été travaillé tôt. Sans doute ne saurait-il pas que tu n’irais pas. Tu te motive, et enfin tu parviens à sortir du lit. Te voyant trainer les pieds tu décides de prendre une douche brulant et en sors avec les idées plus claires. D’abord, tu lis le journal, tu repenses à hier, et tu remarques que Josh a oublié sa trousse. Et tu percute. L’inconnu, pister Cataclism, il semblait jeune. Il avait distraits juvéniles. Sans doute avait-il entre 16 et 18 ans ! Il te faudrait l’intercepter à la sortie des cours. À tout prix. Tu passes ta journée à lire pour te détendre et te changer les idées. Cependant, tu lèves les yeux de ton bouquin régulièrement pour surveiller l’heure, bientôt, tu descends à la cave.

Les lieux ne sont pas l’espace glauque d’un grenier de sorcières. Au contraire, c’est un espace lumineux, de verre et d’acier. Une pièce ancrée dans le futur. Au sol, une grande carte de New-York laisse courir les rues d’argent de la ville, ancrée dans le béton ciré. Tel un bijou, la carte minéral et métallique s’étend sur une vingtaine de mètre carrés, le hall de ton antre. Tu détache soigneusement le pendule qui te sert de ceinture, enroulé trois fois autour de ta taille. Tes paupière se closent et tu déambule, faisant virevolter l’objet au dessus de la carte jusqu’à ce qu’il le retrouve. Il ne te fallu pas longtemps pour le localiser. Tu allais pouvoir enfin le rencontrer et l’aider.

Tu décidais donc de partir à la rencontre détonante élève en te guidant avec ton pendule, glissé dans une boussole conçue à cet effet. Mais en arrivant devant le lycée, tu compris que cela ne se passerait pas comme prévu. Suivant la foule, tu pris place dans les gradins, cherchant le jeune du regard. Assis là, parmi la foule inconnue, tu te demande ou il peut bien se trouver. Et tu percutes, de loin tu avais mis du temps mais il était face à toi. Sur le terrain. Ou du moins, en face de toi,  face à une montagne. Tu as un mouvement, ton corps se lève de lui même, tu présent la connerie. Mais regardant autour de toi, tu ouvres de grands yeux et te rassois lentement.. Tu te tiens prêt à agir au cas où.. Que va-t-il se passer ?
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Lun 8 Oct - 9:23
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar



Newt se retrouvait donc face à un géant, plus de 2 mètres au moins, facile, c’est limite s’il ne devait pas plisser les yeux en voulant mater son visage celui-là qui se perdait dans la lumière des énormes spots du plafond… mais bon mater le mec dans les yeux ce n’était pas le moment, ni une bonne idée. Surtout avec le coach qui s’égosillait sur le bord du terrain.

LIAMMMM FAIT UNE PASSE BON SANG ! TU ATTENDS QUOI ? UNE INVITATION ?

Le match s’annonçait, musclé en tout cas. Le ballon ne cessait de se passer, puis d’échapper à son équipe. Plusieurs fois l’équipe adverse faillit marquer. Newt profita un peu de sa plus modeste hauteur pour s’échapper du colosse. Il se faufila pour tenter de bien se placer et d’avoir ainsi une chance d’aider son équipe.
Un moment l’un des joueurs lui envoya la balle, il venait à peine de l’avoir qu’un adversaire lui fonça dessus et d’un coup d’épaule le bouscula. Newt vola littéralement sur le sol et le ballon s’échappa de ses mains forcément.
Un coup de sifflet strident retentit sous les huées ou les cris d’allégresse de la foule. Newt allongé sur le dos, cligna des yeux, une silhouette sombre se projeta au-dessus de lui et lui tendit la main :

Ca va newt ?

C’était Peter le capitaine de l’équipe. Newt qui c'était du coup un peu cogné l’arrière du crâne sur le sol, saisit cette main, et se redressa en secouant la tête.

ouais ça va c’est juste le Godzilla qui m’a envoyé au tapis.

Peter lui donna une légère tape dans le dos.

Ouais on a tous vu, joli vol plané d’ailleurs, allez met toi en place la faute est pour nous du coup. Il lui glissa un clin d’œil et trottina vers le bord du terrain.

Newt ajusta son maillot et se frottant l’arrière de la tête fit de même mais se plaçant autrement. Honnêtement il avait un peu les nerfs, car c’était du basket et pas du catch. L’autre Goliath ne perdait rien pour attendre. D’ailleurs il le repéra, enfin facile vu sa taille au milieu du terrain, et ce dernier lui envoya un sourire goguenard.
Ho putain… Newt se mordilla la lèvre et gonfla ses joues. Un coup de sifflet et le ballon une nouvelle fois fusèrent entre les joueurs. Newt courut pour se placer vers le panier adverse. Soudain alors qu’il était prêt à se marquer, devinez qui vient dans l’autre sens et place judicieusement son pied sous le sien pour le faire trébucher… ? Hum ? Le géant de MES DEUX ! BORDEL ! Newt trébucha donc, le ballon lui passa au-dessus et faute pour son équipe, la balle pour les adversaires.
Newt retrouvant son équilibre alla vers le joueur pas du tout fairplay pour lui dire ce qu’il en pensait de ses méthodes. Mais l’un de son équipe le retient à temps.

Laisse tomber, il n’attend que ça.

MAIS TU AS VU CE QU’IL A FAIT ?

Oui évidemment mais il cherche à ce que ça que tu te fasses expulser du jeu, reprend toi.

Il le poussa vers le bout du terrain, le ballon reprenait de sa course.
Newt bien décidé d’en foutre plein les yeux à l’autre bouffon et le gardant à l’œil, fila à toute vitesse, car il était plutôt doué en cours à pied d’ailleurs. Virevolta sur place pour éviter l’autre trou du cul, réussi à prendre le ballon, dribla jusqu’à arriver proche du panier. Sauf que deux attaquants, tel un mur lui bloqua le passage. Il protégea le ballon à mort pendant 1 seconde, cherchant des yeux un joueur de son équipe. Mais il était tout seul… Alors il profita de sa plus petite taille par rapport aux autres, pour filer entre les deux et hop bondit vers le panier, ballon en main.

Une silhouette sombre sur sa droite sauta aussi et vint directement le percuter alors qu’il lançait la balle vers le panier. Pas besoin de deviner qui s’était hein ? Newt hurla de rage en se sentant dévier, partir sur le côté, le ballon aussi du coup. Il fulminait tellement, il allait non seulement tomber lourdement au sol et se faire encore super mal, mais il venait de louper la plus belle occasion qu’il soit pour marquer pour son équipe. Ça le mettait tellement dans tous ces états que… Que le ballon qui filait trop sur la droite, brusquement eut un mouvement vif et vint directement se loger dans le panier et retomber au sol dans de grands rebonds.

La foule cria de joie, Newt heurta le sol sur le côté et se redressa à moitié totalement hébété sur le coup. Mais il n’eut pas le temps de se poser plus de question car un gars de son équipe l’aida à le relever, lui donna une tape dans le dos pour le féliciter de ce coup et le poussa à courir pour reprendre la partie.
Newt perplexe tenta de se remettre dans le jeu. Le ballon avait fait un truc bizarre mais apparemment il était le seul à l’avoir vu .
Il eut bien du mal à retourner dans le jeu, tellement perturbé par ce qu’il avait vu, du coup son jeu s’en ressentit et forcément il se prit une bonne remarque par le coach :

CAMPBELL SI TU TE BOUGE PAS EN DEFENSE JE TE JURE QUE TU ES DE CORVE D’INVENTAIRE JUSQU’A TA RETRAITE ET MEME JUSQU’A TA MORT !!!

Des rires fusèrent dans les gradins alors que Newt se secoua pour trottiner vers le panier de son équipe.
Le colosse numéro 5 le frôla de l’épaule et lui balança une petite pique :

Si c’est ça le niveau de cette équipe, ça va le championnat inter lycée est dans la poche, hein petit ?

Newt sent ses joues lui brûler, ainsi que le bout de ses oreilles. Il se mordilla l’intérieur de la joue pour ne pas péter son câble, c’est ce qu’il voulait, mais il se sentait bien les nerfs à vif. Il essuya son visage et son front avec le bas de son maillot aux couleurs de l’équipe. Il sentait son cœur tambouriner, il jeta un regard au panneau lumineux, il y avait encore un sacré écart… Bordel… Et encore du temps… pourtant il en avait déjà marre de ce match.
Coup de sifflet, le ballon sauta, Newt bondit sur ses baskets et tenta du mieux qu’il put d’éviter ce connard de numéro 5 qui sans cesse semblait vouloir lui chercher des noises. Il réussit à chopper le ballon, dribla comme un ouf pour remonter le terrain, fit une passe, en profita pour filer devant, alerte. Il voulait prouver à l’autre trou de balle qu’il n’allait pas gagner si facilement. Il leva les mains pour montrer qu’il était bien démarqué. La balle vint vers lui, il se tint prêt à la réceptionner mais alors… BIM… Un violent coup de coude lui percuta la tête. Il partit en arrière, éjecté sous l’impact, sentant un goût ferreux dans sa bouche, une douleur cuisante dans le nez. Il atterrit lourdement au sol et alors… Il y eut comme un court-circuit dans l’éclairage, des gerbes d’étincelles firent crier les spectateurs dans les gradins et reculer les joueurs sur le terrain. Un énorme spot de lumière explosa, plusieurs ampoules se brisèrent dans une pluie de verres, semant la panique sur le terrain.
Newt sonné, la tête douloureuse, se redressa péniblement assis, la main plaquée sur son nez qui pissait le sang… Il était bon pour l’équipe de secours et de rester en touche… Foiré de numéro 5…
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Sam 20 Oct - 11:25
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Free
Tu étais tendu, surtout en voyant la taille de l’adversaire de ton futur protégé. Un sorcier qui ne se contrôle passe dangereux pour son entourage, voire pour lui même. Tu regardes un peu autour de toi, parmi la foule anonyme, tu ne repères passe visage connu, et personne ne semble t’avoir reconnu. Tu tournes nerveusement tes bagues en te demandant ce qui va t’attendre cette fois-ci. Peut être rien, après tout ? Au fond de toi tu l’espère, mais la magie ne t’aurai pas poussée à continuer s’il n’y avait pas eu une once de souci dans l’air.. Balt’, essaies de te concentrer s’il te plait. Dieu ce qu’on est mal assis dans un stade.. Concentres toi bon sang ! Un coup une fesse à droite, un coup à gauche, il faut vraiment aimer ses gamins pour venir s’assoir dans une salle municipale, je vous jure.. Il a plutôt intérêt à t’écouter le lascar sinon tant pis pour lui, toi tu sais déjà survivre..

Visiblement, le coach  semblait être un homme nerveux, presque un peu trop impulsif. Voire même le genre de personne à avoir une sorte d’agressivité lunatique et non réprimée.Il t’apparaissait comme un oiseau.. Un petit oiseau qui piaille sous la fenêtre en battant des ailes.. Mais là, pas de fenêtre, tu entends tout très distinctement et son langage est bien châtier envers ses joueurs.. Dans d’autres circonstances, tu te serai surement levé et tu aurai rabattu son caquet à la danseuse qui hurlait le long du terrain. Probablement cherchait-il compenser quelque chose en hurlant comme ça.. Ne savait-il pas que biologiquement, quand une personne crie, le cerveau se bloque ? À priori.. Non. Bref, le coup de sifflet allait être donné alors tu te déconcentrais, tournant ton regard, vers la montagne face au danger public que tu avais croisé la veille. La masse musculaire du colosse ne serait surement pas de trop face à Newt, mais tu craignais tout de même pour lui.

Assis au premier rang, derrière le banc de touche, tu vis la balle s’élever dans les airs, les deux capitaine volant à sa rencontre. Dès le coup d’envois, on lisait sur le terrain comme une nervosité, une tension transparente comme le cristal. Mais face à David, Goliath était trop grand et trop lourd, passez rapide, donc et ton futur protégé l’avait bien compris. Se faufilant comme une anguille, il parvenait à se démarquer et à échapper la vigilance du géant vert. Mais se fut bientôt la grande évasion.. L’envol du cygne.. Le jeune garçon traversa bientôt le terrain sans toucher terre. Point A - point B sans passer par la terre ferme. J’appelle pas ça voler, mais tomber avec panache. Il sembla quelque instants sonné mais quand un joueur de son équipe vint l’aider à se relever, il semblait malgré tout en forme.
Il s’avança bientôt face toi pour venir te tourner le dos et jouer la faute. Son visage semblait, malgré un effort visible pour se contrôler, renfermer une colère pointant le bout de son nez. Il fallait qu’il garde son sang-froid, sinon, il allait arriver un malheur. Que pourrait-il se passer ? Afficher sa magie ici pouvait être dangereux, des chasseurs pourraient se trouver autour de vous. Et pire, si l’information venait à filtrer, l’existence de ce monde parallèle à celui des êtres humains « normaux », celui des êtres surnaturels, pouvait faire beaucoup de bruits.

Seconde faute, non sifflée cette fois, et dans ses cas là, l’arbitre a toujours raison. Règle numéro une, ne jamais contrarier ou contredire l’arbitre. Il commençait à sortir de ses gonds.. Il perdait pieds, tout bon sorcier apprends à compartimenter ses ressenti pour maitriser sa magie, mais ce jeune là, il ne savait même pas qui il était, ou du moins, ce qu’il était. Calmes toi je t’en prie.. Sa rage semblait nourrir sa course, il filait au travers du terrain comme trainée de poudre. Il s’élance mais une ombre à contre-jour sort de la lumière des projecteurs et le percute en plein vol. Chose interdite, il devrait y avoir un lancé-franc. Mais ce n’est parce qui t’inquiète le plus.. Il va enrager, il va vouloir lui sauter à la gorge, et tu est bien placé pour savoir que non maitrisée, dans ce genre de situation, la magie est dévastatrice. Tu repenses à ce jour où tu avais envoyé tous les animaux de tes parents piétiner les hommes de l’inquisition qui venaient chercher ton père. Si ce genre de choses se préparait ce soir, tu devais agir, avant que le stade soit en ruines. Tu te concentrait pour essayer de calmer a distance le jeune garçon, mais les mouvements sur le terrain empêchait ta magie de faire correctement son effet.

Miraculeusement, lorsque l’adolescent prend un coup en plein visage, la ballon atterri dans le panier. Tu regardes autour de toi, mais personne ne semble s’être aperçu du changement radical de trajectoire de la balle. Tu n’y est pour rien, personne autour de toi ne semble concentré ou ne dégage d’énergie. Newt aurait-il agit ainsi grâce à son inconscient ? La loi de la visualisation probablement, premier élément à apprendre et à mettre en pratique lorsqu’on veut apprendre à manier la magie. Mais tu ne peux pas laisser la situation comme cela, cette faute ne peut rester impunie et l’innocent ne doit pas subir de dégâts supplémentaires, alors, pendant que Newt tombe, tu agites tes doigts, paume vers le haut afin qu’il retombe doucement sur le sol. Sa chute ne serai pas ralentie, mais il aurait l’impression de retomber sur un coussin de plumes. Il pourrait ainsi éviter la fatale blessure et continuer son match afin que tu puisse l’intercepter à la sortie. Car il était là,  le but. Arriver à parler au jeune homme et à le convaincre de te suivre. Mais la première étape était celui explique ce qu’il était et pourquoi tant de choses « étranges » arrivaient autour de lui. Le moins évident serait sans doute de le convaincre que tout cela n’est pas dû au hasard mais bel est bien à un don, une nature profonde dont il ne pourrait se détacher.

Et encore ce coach qui braille.. Stop, ce n’était plus possible, alors une fois ses remontrance finie, il tousse. Enfin.. Tu le fais tousser.. Tu grattes lentement ton genou en fixant cette sirène qui hurle son chant sur les joueurs. Au début, il ressent juste un légère gène, mais bientôt, sa gorge le chatouille et sol ne peut s’empêcher de cracher ses poumons, il ne peut pas réprimer cette quinte de toux qui s’empare de lui, alors quand il semble calmer, tu arrêtes, lui essoufflé, toi, amusé. Mettre la pression à ce jeune garçon ne semblait décidément pas être l’idée du siècle.
Mais le comble de l’énervement vient quand le géant vert décide de se moquer devon futur protégé, tu sens en toi une énergie monter, tes poils se hérissent et tu sens le flux parcourir ton corps, il lâche prise, une déferlante va tout arracher sur son passage. Tu te tiens prêt. Et tu sors les dents quand le numéro 5 frappe Newt au visage. Tu te lèves et te concentre, bientôt, la lumière vacille et tu en profite. De ta place, tu simule le geste d’attraper la cheville du joueur et de la tirer en arrière. Celui-ci bascule en avant, et dans la panique ou la surprise oublie que quand on tombe on met les mains.. Quel dommage.. « Oups » prononce tu doucement avec un regard surdoué d’innocence. À priori tu ne l’as pas raté, sa bouche ressemble assez à un cul de babouin. Ce qui te fais d’ailleurs beaucoup rire.

Mais il était trop tard. La coupe était pleine et déborda. Des étincelles, de la lumière en salve éblouissante. Dans la foule tumultueuse qui panique, toute relèves d’un bon, fixe le jeune homme des yeux, et tente de pénétrer son crâne. Tu as l’impression de passer une sorte de membrane de vide. « Newt, calmes toi » Tu avais elle temps d’assimiler son prénom grâce au coach et à ses équipiers. « Respire profondément. » Tu ne savais pas comme il réagirait, mais tu restais là, planté immobile au milieu d’un ouragan de personnes en panique. Stoïque, tu fixe ton futur élève, espérant secrètement qu’il te remarque et prenne conscience qu’il n’est pas seul.
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Sam 20 Oct - 22:08
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar



L’autre joueur de l’équipe adverse devait avoir un gros problème… mais pourquoi, diable pourquoi il s’acharnait autant sur Newt. Il n’était pourtant pas un adversaire dangereux, pas le meilleur joueur de l’équipe de son Lycée. Et pourtant il était à fond sur lui pour une raison qui le dépassait. Tentant clairement de le pousser à bout.
Bousculade et fautes pas du tout réglementaires, il faisait cela en traite, quand l’abrite avait du mal à voir par moments. Newt tentait de se calmer, mais son cœur battait fort, ses nerfs étaient de plus en plus à vif. La sueur perlait sur son front, mouillait ses cheveux et dégoulinait sur son visage de plus en plus tendu. Il ne pigeait pas le souci de ce gorille, mais il ne l’aimait clairement pas.
Et encore le mot fut faible quand l’enfoiré de première lui fila un coup de coude magistral dans le visage. Son nez craqua, le sang coula sur son visage et dans sa bouche. La douleur le fit gémir et surtout le choc le fit voir 36 chandelles. Chose assez étonnante c’est que le sol lui sembla doux, enfin il n’eut pas trop le loisir d’apprécier, plaquant sa main sur le bas de son visage pour contenir l’hémorragie.

Autour de lui ce n’était que gerbe d’étincelles venant des éclairages au-dessus. À genouillé par terre, le sang formant des petites flaques sur le sol, une pluie de verre se déversa sur les joueurs qui s’empressèrent de quitter le milieu de terrain au pas de course. Les spectateurs s’inquiétèrent, se redressèrent à moitié tout en fixant les grands néons et éclairages qui grésillèrent de façon inquiétante.
Le coach qui oui gueulait beaucoup et avait une attitude déplorable lors des matchs s’empressa en revanche d’aller récupérer Newt. Le chef d’équipe aussi se rua avec lui afin de l’aider à soulever le joueur sonné et au visage ensanglanté.

VITE L’EQUIPE SOIGNANTE ! ON A UN JOUEUR BLESSÉ !!! Beugla-t-il en portant à moitié Newt vers le banc de touche.

Deux gars avec des brassards de la croix rouges arrivèrent à fond de train avec leur matoss pour s’occuper de lui et de son nez explosé.
Mais alors que s’était clairement le chaos et que Newt se retrouvait à moitié sonné et furax sur le côté du terrain, il entendit comme une voix toute proche de lui, sans l’être réellement. Au début il sursauta, tourna vivement la tête sous les protestations des deux aides soignants. Et constata qu’il était seul avec les infirmiers alors que cette voix masculine venait de lui dire clairement :

« Newt, calmes toi , Respire profondément. »

Newt chercha vraiment à qui était cette voix. Alors tenant un linge épais contre son nez, il se redressa et se tourna vers les gradins. Et c’est là qu’il aperçut une silhouette d’un Asia qui lui disait quelque chose. Ce dernier le fixait aussi avec beaucoup d’intensité, il se tenait d’une façon étrange, Newt pressant toujours le linge qui se teintait de rouge contre son nez douloureux, eut comme l’impression que cette voix s’était lui. Difficile à l’expliquer mais il le ressentait.

Hé ! Petit si tu bouges tout le temps, si tu ne te tiens pas tranquille, on ne peut pas te soigner correctement. S’exclama l’un des deux secouristes.

Mais Newt s‘en fichait un peu de son nez et du sang. Il pivota sur ses talons et cette fois observa les lumières qui clignotaient moins, les gerbes d’étincelles avaient cessé et le staff du gymnase ne semblait plus aussi inquiet. Dans les tribunes également, les exclamations s’étaient calmés pour se concentrer sur le retour des joueurs sur le terrain.

CAMPBELL ! POSE TON CUL SUR CE BANC ET LAISSE CES GARS S’OCCUPER DE TOI ! Hurla le coach en le menaçant de son index.

Newt soupira et crash du sang dans une épaisse compresse, puis posa ses fesses sur le banc en question. Il tourna encore juste le visage vers l’Asia, il fronça les sourcils, plissa les yeux cherchant où il l’avait déjà vu.
En tout cas pour lui le match s’était fini. Après avoir été soigné, il demeura sur le banc de touche à regarder son équipe écraser l’autre. Le capitaine semblait bien motivé de foutre la pâté, Newt soupçonnait ce dernier vouloir se venger de l’autre Godzilla. Même s’il ne put participer à la victoire de son équipe, il fut ultra-content d’assister à la défaite de l’autre enfoiré, de le voir tirer la tronche et se faire engueuler par son propre coach. Bien fait ducon !

Même s’il avait encore du sang séché sur son visage, un uniforme foutu et le nez ultra gonflé et violacé. Il fêta la victoire de son équipe avec grand renfort de cris de joies et d’accolades. Maintenant que le match était terminé, il chercha à retrouver l’Asia. Mais le mouvement de foule des spectateurs, plus son équipe et son coach, il ne put que s’approcher du gars en question que quelques secondes et seulement lui dire :

On s'connait non ?... C’était vous dans ma tête ? Il n’entendit pas la réponse car son capitaine plus Liam vint l’alpager et l’entrainer dans les vestiaires pour qu’il participe à la fête.

Après la fiesta dans les vestiaires, Newt douché et changé, retrouva son père qui l’attendait pour le ramener. Il fut très inquiet pour son nez, heureusement sa mère étant infirmière, il reçut des soins supplémentaires à la maison.
Fin de la deuxième rencontre, Newt retourna au lycée le lendemain, puis eut une petite semaine assez tranquille en sommes… si ce n’est … qu’il lui sembla plusieurs fois avoir vu le même Asia toujours pas loin de lui. Alors qu’il allait en cours, il le vit à l’autre bout de la rue, mais disparut comme par magie au passage d’un bus.

Une fois aussi alors qu’il s’achetait de nouveaux pantalons dans une petite boutique, par la baie vitrée il était là et le fixait… Merde Newt commençait à se demander si ce n’était pas plutôt un dangereux pervers aimant bien les paillettes et ultra fashion.
Et vint cette ultime fois, où Newt à la pause-déjeuner, ayant marre de la bouffe de la cafétéria décida d’aller se remplir le ventre d’une nourriture plus grasse et calorique à souhait. Il avait clairement envie d’un bon hamburger, de frites et d’un soda bien sucré.

Il commanda son menu, prit le petit sachet dans lequel il était bien protégé, et après avoir réglé son achat, il quitta le fastfood pour s’installer en extérieur sur l’une des tables en bois. Il ne faisait pas trop froid ce midi et il y avait un beau soleil. Portant ses lunettes de soleil sur un nez qui avait retrouvé sa taille et sa couleur normale, il se mit à ouvrir son sachet et sortir son sandwich, son paquet de frites et la boisson. Il glissa la paille, bu une gorgée, bien sucrée et piquante à la fois et croqua avec beaucoup d’appétit dans son hamburger.
Il Tcheka vite fait ses messages sur son portable, il en avait un de Benny qui proposait ce soir de se retrouver en réseau avec le team. Un autre de Paris-Berlin qu’il avait rencontré au comic-con qui voulait savoir quand il pourrait se revoir. Puis quelques autres notifications sur FB, Twitter et insta. Bref un jeune bien connecté, mais qui appréciait aussi ce petit moment à déjeuner seul… enfin pas pour longtemps car une ombre vint lui masquer le soleil. Un grand type, une silhouette à contre-jour se dressait devant lui. Newt la bouche pleine, la joue déformer par son gros bout de sandwich qu’il mastiquait, plissa les yeux tentèrent de voir à qui il avait affaire et n’y voyant rien, fini par dire :

Hey ! Chalut ? Postillonnant un peu des miettes sur la table.

Il s’empressa d’avaler sa bouchée et de s’essuyer un peu les lèvres avec son mouchoir en papier au logo de la chaine de fastfood

Qu’est-ce que je peux faire pour vous? S’enquit-il cette fois plus clairement et avec un petit sourire. Il ne reconnaissait toujours pas le gars, tant qu’il ne faisait pas un pas hors du contre-jour.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Mer 24 Oct - 17:04
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Free
Il était à terre. Tu avais vu la scène mais tu ne t’étais pas concentré sur la victime. Tu avais évidement vu l’adolescent retomber sur le sol. Tu avais remarqué le coude qui avait volontairement en durement touché son visage. Mais tu t’étais concentré sur l’agresseur. Le faire tomber et lui éclater la face contre les lames du parquet ne t’avais d’abord pas fait plus plaisir que ça. Ça avait été comme une intuition, un réflexe. Mais une fois que tu eu réalisé, cela te fis beaucoup rire, intérieurement, bien sûr. Tu n’allais pas éclater de rire au milieu de la foule outrée.. Il t’avais énervé ce joueur, pourquoi diable s’acharnait-il ainsi à détruire le jeune que tu cherchais à aider ? Peu importe, à présent il allait sortir également. Avec un peu de chance, son crâne ayant tapé leçon, ils l’évacueraient en direction de l’hôpital pour faire un checkup.. Bon débarras.. Et.. Oups..
Son visage était en sang et son nez probablement cassé.. Tu pouvais arranger ça, mais discrètement, ce serai difficile.. Si tu parvenais à l’intercepter à la sortie, peut être arriverais-tu à le soigner en un tour de main.

Les murmures, railleries et autres protestations avaient cassées. Il était là, le point rechute, la limite de la patience du jeune sorcier avait fini par être dépassée. Tu l’avais compris au moment même ou son adversaire l’avait attaqué. La lumière avait légèrement faibli avant qu’il ne touche le sol. Mais quand ce fut la cas, tout le système d’éclairage se mit à gronder. Un orage en intérieur. La foudre, les éclairs, le bruit. La foule panique mais toi, tu es debout, figea premier rang et tu t’efforces de maitriser la situation. tu essais de maitrise le flux de magie qui circule dans l’air. Les joueurs sortaient du terrain en courant en tout sens pour se mettre l’abri des grêlons de verre tranchant.
Seul le coach finit par avancer dans la tempête, posant son ton irritant pour aider son joueur. Peut être cet homme était-il quelqu’un de bien. Peut être n’était-il pas si mal que ça après tout.. Aidé de son capitaine il ramena Newt vers le banc retouche, le laissant à l’équipée secours tout en leur hurlant dessus - Ça faisais longtemps - pour qu’ils dépêchent un minimum.

La tension présente dans l’air était palpable et ne désemplissait pas. Cette colère devenait peu à peule sorte de haine qui commençait remplir tes veines. Tu lamentais emplir tes veines d’une animosité agressive, pesantes même. Il fallait que tu interviennes, qui à faire paniquer un peu le joueur. Mais s’il ne s’apaisait pas rapidement, la situation deviendrait vite problématique. De plus les néons, tant que l’énervement serait dans l’air ne cesseraient de crépiter. Mieux valait pouvoir faire croire à une défaillance technique tant qu’il était encore temps de le faire, mais dans quelques instants, il enserrait plus possible de faire cela. Dans quelques instant, les bancs se mettraient peut être à se mouvoir et le panneau d’affichage finirait pas faire apparaitre « DIE » à l’endroit des scores. Il fallait le calmer, alors tu pris la décision de pénétrer dans sa tête, de lui demander de redescendre en pression. Et même s’il aviateur, au moins, sa colère redescendrait. Figé à ta place, tu brillais par ton immobilisme criard. Tu voyais la tête de ton futur élève pivoter sur son coup et son corps vriller à la manière d’un suricate qui protège son terrier. Il cherchait d’où venait cette voix qui raisonnait dans son crâne comme une évidence. Tu avais raté ton interpellation la veille, mais aujourd’hui il saurait qui tu étais. Quand il intercepta ton regard, tu inclinas la tête comme pour lui dire que oui, c’était bien toi qui lui parlait. Tu souriais légèrement pour éviter qu’il ne prenne peur.
Les secouristes paraissaient avoir beaucoup de mal à garder le garçon immobile. Evidement, ton petit tour de télépathie n’y était probablement pas pour rien. Rechercher du regard, une source inconnu impose une mouvance..

Petit à petit la salle retrouvait son calme, l’éclairage se stabilisait, les étincelles s’étirent sur le bois lustré du sol et le publique repris peu à peu sa stabilité. Il se calmait, et à mesure que ses émotions redescendaient, la situation retrouvait son cours normal. Pour une fois le coach te plaisait, il devait se laisser soigner. À l’encontre des précédentes et longues minutes qui s’étaient écoulée, il utilisait sa voix bon escient ! Une fois assis, tu regarde ton interlocuteur et clos tes paupières pour le remercier de s’être apaisé. Visiblement il cherchait à te remettre, alors de tes doigts, tu mimes des dominos qui dégringoles les uns sur les autres. Visiblement, il n’avait pas une mémoire excellente, vous vous étiez vu la veille. Pas une relation privilégié, certes, mais tout de même, il faisait jour et vous n’étiez que deux dans ce rayon de pain de mie..
Le match se termine sur une note positive, l’équipe du magicien d’Oz l’emporte et c’est la cohue dans les tribunes, les odeurs s’enlacent et sautent de tous cotés, sauf pour l’équipe adverse, évidement, qui repart la queue entre les jambes.. Tu cherches ton futur apprenti du regard, de ta haute taille, tu n’as pas de mal à le voir. Il arrive face à toi, fendant la foule comme une lame tranche dans les chairs. Il s’avance nia pour te questionner, tu te contente de sourire et d’acquiescer en hochant doucement la tête, au fond, tu es content qu’il t’ai identifié. Il est ensuite emporté par le flot impitoyable de la foule en délire, mais tu ne cherches pas à le retenir ou à le suivre. Non. Il faut qu’il profite de sa victoire avec ses coéquipiers, il l’a bien méritée vu le combat - à proprement parlé - qu’il à vécu.

Ce soir là, content d’avoir pu lier le contact, tu étais simplement rentré retrouver ton fils, qui se demanda ce qui se passait, t’ayant vu la veille, dans un état peu reluisant, il se demandait ce qui pouvait bien te remonter le moral et te donner le sourire si rapidement. Il avait même fais allusion à une rencontre, cet quoi tu t’étais contenté derrière doucement en lui expliquant qu’on pourrait dire ça, mais que ce n’étais absolument passer quoi il pensait.

Cette semaine là, tu avais recroisé le jeune homme. Ou plutôt, tu l’avais suivi, tu voulais savoir comment il vivait, mais surtout, tu voulais le protéger et protéger les gens dans son entourage. Tu avais parfois pris la forme d’animaux, ou leur vision afin de pouvoir filer ton futur élève sans trop l’effrayer.
Tu avais même croisé le jeune homme sans même faire attention, d’ailleurs ce jour là, il t’avais remarqué et tu l’avais fixé à travers la vitrine de la boutique, resté planté là comme un idiot n’avait pas dû être-là meilleure des réactions. Il allait vraiment te prendre sur un fou.. Il allait falloir faire vite pour lui annoncer sa nature sinon à le suivre comme ça il allait se faire des idées.

Ce matin-là, tu t’étais laissé guider parton instinct. Et quel instinct ? Celui de l’estomac, évidement. Lendemain de soirée, réveil difficile, estomac creux, flemme de tout sauf de te téléreporter dans les toilettes. Première cabine. Car oui, déjà, dans un lieu publique les gens ne vont pas aux toilettes, mais en plus, tous le monde choisi la cabine du fond en pensant que la première est sale, hors, elle est vide en permanence.. La bêtise humaine poussée dans ses retranchements..
À vrai dire, devant la borne, tu prends un peu tout ce qui t’intéresse sans vraiment regarder, si bien qu’une fois au comptoir, on te tends deux plateaux bien remplis.. Trop remplis. Et évidement, passe banquette disponible à l’intérieur, donc, plutôt que de se taper les gamins qui hurlent et courent, et un mal au cul, autant sortir sur les tables de dehors. Quand tu passes la porte, tu réalises qu’en face de toi, de dos, se trouve Newt. Le soleil réchauffe ton dos au fur et à mesure que tu avances tes deux plateaux en main. Bientôt, tu te plante derrière lui et tu te racle la gorge, comme pour signifier ta présence. Le soleil dans ton dos projette une ombre sur ton visage, le rendant anonyme. « Bonjour Newt, je m’installe ici. Tu peux prendre ce qui t’intéresse, je crois que tout comptes faits, je ne mangerai pas tout » explique tu en te glissant décoté sur le banc, dévoilant ton sourire. « Je crois que la question Newt, est qu’est ce que je peux faire pour toi. » À présent, installé, ton visage s’est dévoilé au jeune homme. Tu sens une panique venir et tu t’empresse d’ajouter : « N’ai pas peur, je ne te ferai rien, seulement, écoutes moi.. »
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Sam 27 Oct - 20:34
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar



Sa « blessure » de match avait fait gagner un peu le « respect » et une sorte de pseudo « popularité » éphémère au Lycée. Il était le garçon qui avait « survécu » (XDDD encore une histoire de nez tout ça)
Enfin ça se tasserait forcément comme d’hab et il redeviendrait le Newty drôle et un peu boulet qui faisait rire toute sa promo de ses frasques. Puis bon lui ça lui convenait de n’avoir plus le nez explosé, il appréciait de ne plus souffrir en respirant par le nez ou ni de devoir se moucher en mode torture.
Ce midi du coup il savourait une petite pause-déjeuner au macdo, à la terrasse car il ne caillait pas trop, du moins au soleil et que toute façon à l’intérieur il n’y avait plus une seule place… Les New-Yorkais tous des culs gelés en gros. (XD)

Installé à sa table en bois, il commença à se restaurer quand il eut de la visite. Une silhouette élancée, à contrejour. Il plissa les yeux, mit sa main en visière et salua le gars dont il ne pouvait pas voir le visage. Il se demandait bien ce qu’il lui voulait. Heureusement le type ne tarda pas à s’exprimer en ce sens.

« Bonjour Newt, je m’installe ici. Tu peux prendre ce qui t’intéresse, je crois que tout comptes faits, je ne mangerai pas tout »

Et le gars se déplaça pour prendre place sur le banc face à Newty qui enfin pouvait voir son visage.
Une frite en bouche, il l’ouvrit cette dernière ultra large et la laissa retomber dans le couvercle de la boîte de son hamburger.

Wait… c’est le type Asia du match de l’autre fois… puis qu’il avait vu pleins de fois encore… WAIT il connaissait son prénom en plus !

Hébété complet, il l’écouta enchainer tranquillement installant alors son plateau entre eux deux avec son big menu dessus :

« Je crois que la question Newt, est qu’est ce que je peux faire pour toi. N’ai pas peur, je ne te ferai rien, seulement, écoutes moi.. »

… Pas avoir peur . PAS AVOIR PEUR . Mais le mec le suivait partout limite et en plus il connaît son NAME QUOI !!!

Newt demeura quelques longues secondes ainsi, hagard, le cerveau se mettant à spéculer sur la dangerosité du type. Qu’il devait être le genre stalker de petit jeune. Mais au lieu de prendre ses jambes à son cou, il se gifla mentalement et sortit de sa torpeur pour enfin fermer sa bouche et en mode un peu méfiant lui balancer les questions qu’il avait en tête :

Ho my god ! Vous êtes le type du match ???? Puis je vous ai vu partout ces derniers jours !… Qui vous êtes ? Et comment vous connaissez mon nom ?... J’espère que vous n’êtes pas le genre dangereux pervers psychopathe qui poursuive leur future victime pour les enfermer dans un sous-sol et après les torturer lentement jusqu’à la mort… Si seulement Newt savait qu’il avait bien une cave chez lui, et que la torture qu’il aurait à subir serait des cours de magie ultra fastidieux…

Il chercha des yeux une possible camionnette sombre ou blanche, le genre de véhicule suspecte qu’il pourrait bien conduire et dans lequel il allait peut-être le jeter et l’enfermer pour le Newtnapper. Il se pencha ensuite un peu en avant vers ce type suspect et lui dit d’un air pseudo sérieux et menaçant :

Je vous préviens-je suis fils de flic, j’ai un capteur GPS greffé sur moi et j’ai appris le combat rapproché. Je suis ceinture noire au karaté, je peux vous casser un bras ou pire encore…

S’était du bluff complet, bon a part pour le fait qu’il était bien fils de flic. Mais il n’avait aucun capteur GPS sur lui et niveau combat… Les jeux vidéo pas sûrs que ça compte un max dans l’histoire…
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Mar 13 Nov - 21:52
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Newt
C’était ton gros défaut. Heureusement que ton porte feuille pouvait suivre.. Tu ne finissais Jamais ce que tu commandais dans les fast-foods. Bienvenu il était impossible pour toi de gaspiller. Tu vivais aujourd’hui ans l’opulence mais ça n’avais pas toujours été le cas.. Tu donnais donc généralement ce que tu ne pouvais pas manger à des gens dans le besoin. Étant toi même passepartout là, tu pouvais comprendre et appréhender leur détresse sans pour autant les blesser ou les brusquer. On dit que faire les courses alors qu’on a faim est déconseillé, mais essayez donc d’aller dans un Mac Donald avec l’estomac creux et de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre..
Croiser Newt ici avait à la fois été une surprise et était très vite devenu une occasion. Une chance un peu hasardeuse - bien que pas tant que cela quand on est au fait du régime alimentaire du jeune homme. Le trouver ici un week-end n’ait finalement pas étonnant. - de réussir enfin à échanger avec lui. Mais également d’avoir un lieu qu’il connaissait bien pour lui faire l’annonce de sa véritable nature. Un lieu public n’était certes pas la meilleure opportunité pour toi mais lui serait sans doute plus à l’aise et par conséquence plus à l’écoute ou plus enclin à comprendre ta présence dans les différents lieux dans lesquels vous vous étiez vus et/ou croisés.

C’est donc d'un air calme et déterminé que tu t’étais avancé vers la table, traversant la terrasse d’un pas affirmé. Ta démarche élancée, tracée au droit comme une trainée de poudre. Ton ton se fit naturellement assez ferme. Tu ne pouvais pas te permettre de laisser passer l’occasion. En revanche, ta voix se faisait assez douce à cet instant, le but n’étant pas de faire fuir le garçon. Quand tu vis son regard légèrement déconcerté tu t’assis en proposant le surplus de nourriture à celui qui deviendrai probablement très prochainement ton apprenti.
Quand tu eu pris ta place, - et prendre était le mot puisque tu t’étais installé sans consentement préalable - il semblait choqué, sans doute la lumière ne lui avait pas permis de te reconnaitre mais à présent, son expression parlait d’elle même. À priori il t’avais reconnu, tu te contenta de sourire et de le regarder d’un regard éloquent alors que tu visitais malgré toi le contenu de sa cavité buccale et le contemplais s’échapper. Profitant de sa torpeur tu en profita pour enchainer, il semblait incapable de bouger ne serai-ce que pour refermer la bouche. Tu continuais de parler tout en te délectant de quelques frites trop grasses et ouvrit le premier de tes burgers quand il se mit à parler.

Après avoir reposé ton sandwich dans sa boite, pris une gorgée de soda pour le faire descendre et essuyé promptement ta bouche -pas si sale -, tu repris la conversation. « Pardon, je ne me suis pas présenté, Balthazar Pears. » Dis tu en présentant ta main à ton interlocuteur. « Oui, c’était bien moi pendant ton match, et également ans le centre commercial. » Là, tu mimes les étagères qui s’étaient effondrées ans un effroyable vacarme. « Ton coach hurle assez fort pour.. Disons, réveiller un homme sourd dans le coma depuis vingts ans, pas difficile de savoir comment tu t’appelles.. Et si j’étais e ce genre je penses que je ne me serai pas risqué à apparaitre sur les caméras de surveillances, face à toi, je n’aurai probablement pas payé en carte ce repas, et tu serai déjà dans un sous-bassement quelque part sous les lignes de métro ou dans les galeries de New-York, plutôt qu’entrain de me parler, ne penses tu pas ? »

Tu te contenta de sourire quand il chercha des yeux autour de toi. Sans doute décrire le comportement du parfait psychopathe en était n’était pas le meilleur moyen de le mettre à l’aise, mais après tout, décrire son monde opératoire à l’avance n’aurait peut être pas été judicieux, si ? Peu probable, quoi qu’il en soit, tu repris ton repas pendant qu’il parle. Il semble agité, mais ne semble pas vouloir s’échapper. Sans doute essai-t-il de chercher d’éventuels complices prêts à lui sauter sur le dos.
« Quand bien même tout cela serait vrai, et permet moi d’en douter, il faudrait que la police arrive à me trouver et à m’attraper, ce qui pourrait être compliqué. Et je penses sur ce dernier point, avoir plusieurs tours dans mon sac jeune homme. »
Tu te contente de finir la bouchée de burger qu’il te reste, t’essuie la bouche et face à un Newt qui semble pris dans une panique muette et immobile, tu plonges ton regard ans le sien et tu ajoutes :
« On va reprendre depuis le début.. » Là, tu laisses quelques secondes s’écouler. « Pears Balthazar, créateur de mode. Mais avant tout, sorcier. Tu sais déjà tout sur la magie bien sûr.. ? Désolé.. Non.. Mince.. Tu es un sorcier Newt. »
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Mer 14 Nov - 22:35
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar


Lui qui déjeunait pépère, se voyait abordé par un grand gars de type asiatique. Ce dernier habillé comme un prince, portant un plateau de cette nourriture bien grasse, pris place à la table de Newt et directe un échange ultra bizarre et un peu flippant, du point de vue du lycéen, commença.
Mais le pire en fait, c’était la sensation de déjà vue et pour cause, IL L’AVAIT DEJA VUE CE MEC … ET PAS QU’UNE FOIS EN PLUS. Ça lui revenait en pleine tronche. De plus il connaissait son nom… Wait… ça c’est ultra creepy quand même.  

« Pardon, je ne me suis pas présenté, Balthazar Pears. »

Et il lui tendit la main, Newt hésita, fixant cette main, puis le mec souriant. Après quelques secondes d’hésitation et de battement, il essuya rapidement ses doigts dans une serviette et serra cette main. Inutile de dire le sien apparemment. Puis il voulait surtout avoir le cœur net, alors le plus jeune voulu s’assurer qu’il était bien le gars dans les tribunes pendant le match de basket. Mais aussi l’autre fois devant un autre magasin. Et oubliant de manger la suite de son repas, qui a chaque seconde qui s’écoulait refroidissait inexorablement, il écouta la réponse affirmative de l’inconnue, plus si inconnu, mais toujours aussi inquiétant.

« Oui, c’était bien moi pendant ton match, et également ans le centre commercial. Ton coach hurle assez fort pour.. Disons, réveiller un homme sourd dans le coma depuis vingts ans, pas difficile de savoir comment tu t’appelles.. Et si j’étais e ce genre je penses que je ne me serai pas risqué à apparaitre sur les caméras de surveillances, face à toi, je n’aurai probablement pas payé en carte ce repas, et tu serai déjà dans un sous-bassement quelque part sous les lignes de métro ou dans les galeries de New-York, plutôt qu’entrain de me parler, ne penses tu pas ? »

HEIN ?... Il n’était pas sûr d’avoir tout saisi dans son monologue.

Heuuu… Je… Sous le métro ? Dans les galeries de New York ? ... Qui? Quoi? Comment? P...Pourquoi faire? T'enterrer pardis!!! ... Résonna sa petite voix interne, histoire de bien lui foutre encore plus la pétoche sur les intention du grand asiatique.

Et puis… Maintenant qu’il le disait… Ouiiiii effectivement, il se rappelait aussi du gars devant le pain, qui fixait les étiquettes pendant une plomb au supermarcher... Mais alors...?

HO MY GOD MAIS ça fait LONGTEMPS QU’IL ME FOLLOW ALORS . … Deux ? Trois semaines ? Peut-être PLUSSSSSS !  

Son cerveau était en alerte maximale pendant que le …Pascal ?... Gaspar ? Bernard ? merde c’était quoi déjà son nom déjà? Réagissait à ces « fausses » menaces et « faux » avertissement.
Oui Newt avait un peu raconté des cracs au cas où il était face à un dangereux pervers proche de le Newtnappé pour l’enfermer dans un sous-sol et lui faire des trucs horribles… À force d’espi… S’intéresser aux enquêtes de son père hein, il se faisait le big film ultra-sordide.

-Mais sérieusement ? QUI VOUDRAIT DONC TE KIDNAPPER HEIN ?
-On dit Newtnappé…
-MÊME ! POUR UNE RANÇON ? VOYONS ! … Tu n’es pas un riche héritier…
-Bha sait pas moi… faut lui demander à ce… Gérard …
Petit dialogue interne entre Newt et sa petite voix… Non non il n’est pas skyzo… pas encore en tout cas.

« Quand bien même tout cela serait vrai, et permet moi d’en douter, il faudrait que la police arrive à me trouver et à m’attraper, ce qui pourrait être compliqué. Et je penses sur ce dernier point, avoir plusieurs tours dans mon sac jeune homme. »

Traduction dans la tête du Newty « Salut Newt, je suis un dangereux pervers qui peut te faire disparaître de la surface de la terre les doigts dans le nez (même si c’est dégueulasse) et personne ne te reverra alors vivant ... Je suis?... Je suis?»
Question pour un Newty ?:
 


… OMG … Il ne voulait pas finir enterrer… sous un métro ou dans une galerie de il ne savais pas quoi à New York …  

HO MY GOD ! Ne m’enlevez pas ! Je suis fils de flic c’est vrai mais on n’a pas beaucoup d’argent, je ne vaux rien de rien. Répliqua-t-il en agrippant son grand gobelet plein de coca bien glacé car il avait brusquement bien soif, la bouche tellement sèche…

Il rapprocha le gobelet de lui, ajusta la paille tout en fixant cet homme bizarre et fringué comme un mannequin qui poursuivit totalement à l’aise et nullement déstabilisé par les propos du plus jeune, mais qui semblait mettre un point d’honneur à lui faire comprendre un truc…
Quoi ? Qu’il était dangereux ?
Qu’il aimait suivre les petits jeunes comme lui partout ?
Qu’il était bien creepy ?

« On va reprendre depuis le début..»
 
Newt porta la paille de son soda entre les lèvres et but plusieurs gorgées du soda piquant pendant que le grand type Asia décida de faire the BIG annonce avec un air ultra-méga sérieux :

« Pears Balthazar, créateur de mode. Mais avant tout, sorcier. Tu sais déjà tout sur la magie bien sûr.. ? Désolé.. Non.. Mince.. Tu es un sorcier Newt. »

Du coca plein la bouche, il s’étouffa limite avec, toussa vivement et… puis brusquement il retira la paille de sa bouche plaqua sa main sur son nez. Le visage rouge, les yeux larmoyants, il laissa échapper un couinement de douleur, car il venait clairement de recracher du soda… MAIS, Nom d’un Voldemort, PAR LE NEZ. Il chopa la serviette en papier pour essuyer ses narines, sa bouche et son menton poisseux de coca.
Il toussa encore, se moucha, étouffa un juron et les yeux pleins de larmes, il tenta de fixer ce Balthazar qui demeurait totalement sérieux et stoïque, même après cette annonce assez… Farfelue quand même…
Ho my god… Il renifla, se pinça l’arrête du nez et malgré encore la légère souffrance, il ajouta:

…c… c’est quoi cette blague .... Sérieux ? Hagrid il est quand même un peu plus… Il mima de ses mains quelqu’un d’une certaine hauteur, et de bien barbu Grand et poilu … et je ne suis pas Harry Potter … Il essuya du bout des doigts les quelques larmes qui perlaient encore au bord de ses yeux, le visage encore un peu rouge et crispé, il avait encore un peu les sinus en feu.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Sam 17 Nov - 21:16
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Newt
Te faire entendre par le jeune homme ne serai probablement pas chose simple, mais cette fois au moins vous ne seriez pas dérangés. Ou du moins, c’est ce qui étais le plus probable. C’était sans nul doute aujourd’hui ta chance de pouvoir converser avec Newt. Tu en étais conscient et tu ne laisserai ce moment t’être volé sous aucun prétexte. La terrasse était déserte, seul quelques couples avec enfant voulant profiter des jeux extérieurs se risquait à l’extérieur. Tous concentrer sur leur nourriture trop grasse et bien trop addictive. Les cris étouffés des enfants restaient bien plus discrets et soutenables qu’à l’intérieur. Enfin cette révélation allait pouvoir être faites, et il était temps. Comme quoi, le hasard fait bien les choses. Mieux, même. Tu avais essayé de surveiller et de croiser le jeune sportif à plusieurs reprises, sans succès. Et là, alors que tu n’essayais pas, tu allais pouvoir lui parler. C’était comme une chose dont on essayait de se souvenir, une de celle qu’on tient presque et qui plus on la cherche, plus elle nous échappe, et puis, plus tard, quelques minutes, quelques heure, voire quelques jours plus tard, elle revient d’elle même comme un chat qui ne veut pas rentrer le soir quand on l’appelle.

Il semblait perdu, troublé, effrayé par tout ce que tu disais. À vrai dire, tu pensais que son cerveau venait de bloquer. Il allait falloir être patient. Très patient, même, mais tu étais prêt à l’être. Après tout, n’avais tu pas attendu plusieurs jours, voire semaines pour avoir cet entretient ? Et si tu l’avait fait, n’était-ce pas pour aider l’adolescent ? Pour aussi lui proposer de l’épauler sur le chemin qui était sien au vu des signes présents ? Pour lui apprendre ce qu’est la magie, d‘où elle vient ? Pour le former à cet art né avant même l’apparition - furtive aux yeux du temps - de l’homme.
Tu lis l’hésitation en lui mais il finit par te serrer la main. Au moins, il a un minimum d'éducation. Il te respecte et ne te fais pas l’affront de ne pas le faire sans te connaitre. Ne pas faire confiance est une chose mais la politesse est maitresse de l’humanité. S’il ne t’avais pas serré la main, cela aurait très mal commencé. Cela aurait signifié qu’il pensait que tu aurais pu l’agresser et poignarder quelqu’un en lui serrant la main est la chose la plus audience et basse que l’on puisse imaginer.

« Calmes toi, tu veux bien ? Même si tu essais de le cacher je le ressens. Tu emplis l’air e tension, et tes mains tremblent. Je ne te ferai aucun mal Newt, tu permet que je t’appelle par ton prénom ? » Tu attrapes une boite de nuggets que tu commence à manger avec avec une sauce curry, quand tu la finis, tu relèves la tête, t’essuie la bouche et les mains et reprends : « Il n’y en a jamais assez, tu ne crois pas ? Je ne te kidnapperai pas, à vrai ire, si je suis ici c’est pour t’aider. Si tu décides e me faire confiance et que tu acceptes l’idée que je puisses t’aider, alors on se reverra, sinon je te laisserai tranquille. Mais si tu choisi de rester seul, Newt, sache que tu t’exposes à de grand dangers, et ses dangers pourraient aussi planer sur ta famille et sur les gens qui t’entourent, qu’ils te soient inconnus oui pas. De plus, je t’interdit e dire que tu ne vaut rien, c’est bien clair ? »
Finis tu en attrapant ton soda tout en regardant Newt. Sans détourner rager, tu rajuste la paille avec ta langue avant de dire quelques gorgées de soda. Le liquide irradie ton palais de son gaz et débouche ta trachée. Te provoquant la sensation de libération, de pouvoir de nouveau respirer.

Tu te mis évidement à rire, puis tu te calma et finit par arriver stopper ton léger rictus en n’affichant bientôt plus qu’un simple sourire. « Je suis désolé, tiens, prend ceci. » Dis tu en lui tendant des serviettes afin qu’il puisse s’essuyer et se moucher s’il le voulait. Pendant ce temps, de ton autre main, tu pris es serviettes et essuya la table du mieux que tu puis avec ses morceaux de papier guerre plus absorbants qu’un post-it. Sans déconner, ils ne pourraient pas donner de vrais serviettes en papier ? Je sais qu’on est pas dans un service de luxe mais une serviettes descente c’est quand même pas trop demander, si ? Tu finis d’éponger les plateaux et demande à l’adolescent : « Ça va ? Pas trop en feu ? »
Puis, une fois que tu étais certain qu’il t’écoutais, tu repris et jeta un pavé dans la marre. Un boulet de canon venait de partir. Un missile venait de s’abattre. Ce retour de soda aurait au moins eu pour effet dévier la tête de Newt de toute les pensées qui s’y bousculaient. Mais comment allait-il réagir ? Ce genre de chose n’était déjà pas chose simple quand on est enfant. Mais l’apprendre une fois adolescent, presque jeune adulte, une fois que l’on commence à se faire une idée de ce que pourrait être notre vie futur, cela devait être vraiment difficile. Tu aurais dit à cet homme que sa vie venait de basculer dans l’inconnu cela aurait été pareil.

« Hagrid ? » Tu ris légèrement. « Plus grand ? Plus gros ? Plus Large ? Plus poilu ? » Ajoutes tu en souriant. « En tout cas il est plus pauvre et plus jeune. Ça ne fait aucun doute. Non, tu est Newt, et c’est bien assez suffisant. Et tu seras uhh sacré bon sorcier quand tu te seras entrainé. Il ne s’est jamais passé de choses bizarrerie choses extraordinaires quand tu es en colère, que tu avais peur ? Si tu le souhaite, je peux t’aider, t’apprendre a maitriser la magie et à t’en servir. » Sur ce, tu lui glisse une de tes cartes de visite dont toi seul a le secret. La première face, visible par tous, qui te présente en temps que grand couturier, la seconde, qui n’apparait aux yeux que de ceux qui connaissent l’existence de ce monde parallèle. « Viens quand tu auras eu le temps d’y penser Newt. Je suis certain que tu feras le bon choix. »
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Mar 20 Nov - 21:16
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar


 
Il s’en souviendrait longtemps de sa petite pause-déjeuner dans ce macdo par loin de son Lycée. Non seulement de croiser encore le même mec chelou qui en plus vint squatter sa table pour manger. Il ne risquait pas d’oublier aussi avec tout ce qu’il était en train de lui dire, sans oublier le moment où il s’était explosé le nez avec son propre soda… Non vraiment… l’après-midi s’annonçait assez compliqué pour lui.

« Calmes toi, tu veux bien ? Même si tu essais de le cacher je le ressens. Tu emplis l’air e tension, et tes mains tremblent. Je ne te ferai aucun mal Newt, tu permet que je t’appelle par ton prénom ? »

mais je suis calme pas stressé du… touuuut… Oops… Il venait de presser trop fort sur le sachet de ketchup et une giclée de la sauce rouge avait failli lui arriver en pleine face.
Il n’en avait que sur le menton, qu’il essuya avec une serviette.

… Bon peut être un peu… Concéda au final car après cette énième petite maladresse, il n’était pas des plus crédibles.
Finalement il laissa tomber pour le moment son sandwich et ses frites. Jouant avec son gobelet, la paille il tenta une dernière fois de dire qu’il était inutile de le kidnapper, car il n’était pas un sujet intéressant pour une rançon… Bha quoi c’est vrai . Mais cela sembla impressionner des masses le type bien fringué qui se régalait avec sa boîte de nuggets.
Cet échange était des plus bizarre et surréaliste dans le fond non ?

« Il n’y en a jamais assez, tu ne crois pas ? Je ne te kidnapperai pas, à vrai ire, si je suis ici c’est pour t’aider. Si tu décides e me faire confiance et que tu acceptes l’idée que je puisses t’aider, alors on se reverra, sinon je te laisserai tranquille. Mais si tu choisi de rester seul, Newt, sache que tu t’exposes à de grand dangers, et ses dangers pourraient aussi planer sur ta famille et sur les gens qui t’entourent, qu’ils te soient inconnus oui pas. De plus, je t’interdit e dire que tu ne vaut rien, c’est bien clair ? »

Newt avorta son geste pour boire une gorgée aux mots « grands dangers ». Il écarquilla les yeux, les clignas et se pencha légèrement vers le grand Asia pour demander tout bas, non sans une certaine inquiétude.

Des grands dangers ?.... Q… Quels dangers ? ...

LA MAFIA CHINOISE ? HO MY GOD ! DANS QUELLE MERDE JE ME SUIS FOURRE ENCORE ??? en mode panique interne, après tout ce mec bien habillé était peut-être le fils d’un grand mafioso asiatique et voilà on allait un de ces jours lui couper un ou deux doigts… Newt ....
…Heu ouais ?...
… Arrête de mater trop ce genre de série… Vraiment…


Et c’est là qu’il balança THE info qui le fit avaler de travers et pire… recracher son soda par le nez. ET CA FAIT MAL !

« Je suis désolé, tiens, prend ceci. Ça va ? Pas trop en feu ? »

Le gars lui donna un mouchoir en papier, et Newt l’accepta tout en toussant, se mouchant et les larmes aux yeux à cause des sinus douloureux.

My God… Sorcier… Moi ? ... Tenta-t-il de répliquer malgré son nez ravagé par le soda.

Il s’épongea les yeux avec un autre mouchoir et secoua la tête. Commençant à divaguer sur Harry Potter, Hagrid et compagnie… Non mais c'était quand même difficile à avaler comme truc. Attend… on lui annonçait qu’il avait des pouvoirs, qu’il pouvait faire de la magie ou des trucs du genre, alors qu’il se sentait des plus banals comme gars. Même PLUS que ça, il est en général un boulet, juste un boulet et rien d'autre.

« Hagrid ? Plus grand ? Plus gros ? Plus Large ? Plus poilu ? En tout cas il est plus pauvre et plus jeune. Ça ne fait aucun doute. Non, tu est Newt, et c’est bien assez suffisant. Et tu seras uhh sacré bon sorcier quand tu te seras entrainé. Il ne s’est jamais passé de choses bizarrerie choses extraordinaires quand tu es en colère, que tu avais peur ? Si tu le souhaite, je peux t’aider, t’apprendre a maitriser la magie et à t’en servir. »

Newt ouvrit la bouche prête à riposter un truc sauf que… Il demeura un instant à bugger, à réfléchir et il referma la bouche un instant, pencha la tête, plissa les yeux et… oui… oui il réalisait qu’effectivement il y avait eu plein de truc qui s’était passé alors qu’il était stressé, énervé et autres monté d’émotions. Alors il se recula légèrement juste pour mater mieux son interlocuteur et afficher un air abasourdit d’évidence.

J… Je oui… c’est vrai que j’ai fait des choses… enfin provoquer des incidents malgré moi… tout seul sans que je fasse quoi que ce soit… il se passa la main sur sa bouche, sa mâchoire faisant le point de toutes ces choses justement. Inondation du gymnase, le feu aussi à la maison dans la cuisine. Le supermarché plus récemment, le match de basket aussi…

Ho my god je suis donc bien un sorcier . Ça existe la magie ?
À ce moment Balthazar lui dégaina sa carte qu’il présenta, poussa devant le jeune homme. Ce dernier la prit entre ses doigts. Sur une face était inscrit son job de styliste et tout. Très fashion la carte, sauf qu’il la retourna et les inscriptions magiques lui apparu clairement.

« Viens quand tu auras eu le temps d’y penser Newt. Je suis certain que tu feras le bon choix. »

Maison de Balthazar… Ho vous êtes dans la mode, je me disais bien vu… enfin vu… enfin votre stature quoi. Il mima de ses mains, ou essaya de mimer ce que pouvait être quelqu’un avec une allure de mannequin /styliste.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»
avatar

Balthazar J. Pears


◘ Avatar : Harry SHUM Jr.
◘ Crédits : Me
◘ Date d'inscription : 13/09/2018
◘ Messages : 381
◘ Jetons : 1228
◘ Autres comptes : /
◘ Age du perso : 392 Ans
◘ Emploi/loisirs : Créateur de mode / Helper pour les créatures du monde obscur
◘ Mes dons : /
◘ Côté coeur : Célibataire
Lun 26 Nov - 10:29
Sparkling Pervert ?! Here I am !
feat Newt

Sans doute cette rencontre resterait gravée dans la mémoire du jeune homme.  Sans oute ce souvenir le hanterais quelques temps mais sans doute finirait-il par en rire, peut être même avec toi ? Mais pour le moment, il semblait plus paniqué que quoi que ce soit d’autre.. Tu t’étais imposé et lui avait décrit le scénario du parfait psychopathe au cas ou tu aurait eu envie de le kidnapper.. Très bonne idée pour le mettre à l’aise, non ? Peut être pas non Balth.. Tu  devrais éventuellement essayer de lui donner toutes les façons de le tuer, là tout de suite, avec ce que tu as sous la main.. Pour voir si éventuellement il s’enfuis ? Non mais sérieusement, ça va il a pas l’air traumatisé non plus.. Bon du coup il aura pas forcément un super souvenir mais ça lui fera des trucs à raconter à ses enfants et petits enfants si un jour ils apprennent que papi « C’est Merlin ».

Apprendre tout ça à 17 ans, ça doit être dur.. Toi tu l’as toujours su, tes parents t’avaient prévenus, appris à te maitriser et à canaliser tes énergies.. Lui était perdu, noyé au milieux d’une marée mouvante de songes et d’informations. Il était de ton devoir d’aider le jeune brun tout comme il avait été important, comme obligatoire, de le prévenir. Laisser un sorcier sans connaissance de sa puissance était dangereux pour toutes les populations, humaines pures, ou surnaturelles.. Laisser un électron libre en liberté aurait pu trahir tous les peuples magiques.. Et le laisser ignorant aurait pu également lui attirer les foudres de chasseurs mal lunés, mal intentionnés ou ne faisant simplement pas beaucoup de différence entre une créature bonne et une mauvaise. Entre bien et mal. Et à vrai dire, où est la frontière ?

« Un nombre important de dangers Newt, il faut que tu comprennes, nous ne sommes pas seuls, ni comme sorcier ni en temps que population magique, et il est préférable de rester discret sur notre nature. Les dangers sont nombreux, je t’aiderai à les surmonter ne t’en fais pas. »

Après l'épisode du raz-de-marée, tu nettoies un peu la table et la sèche discrètement par magie. Le jeune homme te fais face d‘un regard incertain. Il penche la tête, fronce les sourcils, plisse les yeux, il est paumé. Un nombre assez important de souvenir, ou du moins un nombre de souvenirs importants lui reviennent en mémoire et semble l’assaillir, à tel point que sa bouche s’ouvre pour te répondre mais se referme avant de se rouvrir pour parler.
« C’est pour cela que je suis là aujourd’hui Newt, pour t'aider à maitriser tout ça et disons.. Te.. Sécuriser ? Ou du moins mettre en sécurité ceux qui t’entourent. Que ce soit cercle proches ou juste passants dans la rue.. Oui, Newt, la magie existe bel et bien. Et tu es bien un sorcier. Je te montrerai et t’expliquerai comment notre monde fonctionnent et qui sont ses acteurs. »

Le mimiques de ton interlocuteur pour essayer de t’imiter te firent rire délicatement. Puis, ton rictus se changea doucement en un demi-sourire, étirant ta commissure vers une faussette. « C’est mon métier de faire rêver les gens, oui. À bientôt, Newt. » Un coup de vent passe et tu te dissous dans l'air comme poussière. Comme une colonne e fumée qui disparait dans un courant d'air, tu rentres chez toi, il est temps de partir.
☾ anesidora
Voir le profil de l'utilisateur



- I'll enthrall you with my eyes.. -
avatar

Newt Campbell


◘ Avatar : Dylan O'Brien
◘ Crédits : JA & tumblr
◘ Date d'inscription : 05/09/2018
◘ Messages : 860
◘ Jetons : 315
◘ Autres comptes : Terry le BG , Roman l'enfoiré et Charlie le pro du Hacking
◘ Age du perso : 17 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
◘ Côté coeur : Perdu dans la friendzone
Dim 2 Déc - 21:01
Je répète Pervers scintillant en visu...
feat Balthazar


Oui dans sa famille… y avait rien du genre, pas de sorciers, pas de magie, de truc fantastique et bizarre. Alors pourquoi il l’était ? … OH MY GOD… EN FAITE JE SUIS ADOPTÉ ????  
Puis il se souvient d'Harry Potter, oui il avait lu les bouquins quand il était plus jeune et avait évidemment vu les films… Il se rappelait qu’Hermione Bah elle venait d’une famille de moldu, la seule sorcière dans sa famille… Donc il était un né moldu !!!! Les mystères de la vie quoi, du hasard et de ses destins étranges…
Cogitant dessus, on pourrait presque voir se former au -dessus de sa tête des points d’exclamation et d’interrogation. Il finit par se pencher vers le vrai sorcier et non kidnappeur, pour demander tout bas avec un air mi-conspirateur et entendu :

Dites- moi… Y a pas de vous savez qui qui rôde dans votre monde surnaturel hein ? Je ne veux pas me faire avada kedevrarisé par lui hein…
Bha quoi ? c’est vrai s’il était un né moldu et s’il y avait un voldemoche dans ce monde, il serait très mal, mais alors trèèèèèèès trèèèèès mal. Mais alors que Newty psychotait ou se faisait un autre genre de film cette fois… décidément il devrait peut-être songer à s’orienter dans le cinéma que vers le FBI en fin de compte. Bref Balthazar lui continuait de lui expliquer les bien faits de son futur enseignement :

« Un nombre important de dangers Newt, il faut que tu comprennes, nous ne sommes pas seuls, ni comme sorcier ni en temps que population magique, et il est préférable de rester discret sur notre nature. Les dangers sont nombreux, je t’aiderai à les surmonter ne t’en fais pas. »

Quoi… ? Vous allez m’aider ? Donc genre des cours et tout ça ?... Y a pas d’école de magie ? Genre Poudlard ? Lui qui avait attendu comme tout gamin qu’une chouette lui apporte sa lettre, voilà qu’à 17 ans bientôt 18, ce monde s’ouvrait à lui mais il était bien différent de l’univers de JK Rowling…

J.K Rowling c’est une des votre c’est ça ?

Mais Balthy n’avait que faire pour le moment des questions un peu idiotes du gamin, ou alors il y répondrait une prochaine fois. Il n’avait certainement pas plus de temps à accorder pour l’instant au gamin, filant sa carte il poursuivit le plus sérieusement du monde. Répondant quand même à moitié à ses questions. Pas de Poudlard pour lui et oui il aurait droit à des cours… MY GOD… Newt fixa cette carte avec stupeur.

« C’est pour cela que je suis là aujourd’hui Newt, pour t'aider à maitriser tout ça et disons.. Te.. Sécuriser ? Ou du moins mettre en sécurité ceux qui t’entourent. Que ce soit cercle proches ou juste passants dans la rue.. Oui, Newt, la magie existe bel et bien. Et tu es bien un sorcier. Je te montrerai et t’expliquerai comment notre monde fonctionnent et qui sont ses acteurs. »

C’est… j’arrive pas à le croire… merde alors…

« C’est mon métier de faire rêver les gens, oui. À bientôt, Newt. »

Et alors qu’il releva la tête pour lui dire un truc… le sorcier se volatilisa devant ses yeux, genre Pshuiiiiiiiiiiiiiiiiit plus là…

HO MY FUKING GOD ! Newt recula et voulut se lever en même temps du banc, ce qui évidemment le fit perdre l’équilibre et tomba en arrière le cul par terre.
Il regarda avec effroi l’ancienne place du « sorcier » qui s’était volatilisé.

… Aider ? EFFRAYER OUIIIII !  Beugla-t-il en se levant et en se tournant partout à la recherche du gars qui venait de lui faire clairement un coup à la David Copperfield mais en plus… En plus réel finalement.
Mais il n’y avait plus de trace de lui, en revanche, d’autres personnes installées aussi aux tables extérieures du fast fast-food, le regardaient avec perplexité. Certains chuchotant entre elles.
Newt arrangea sa chemise et glissa un regard dans leur direction.

Je… je répétais pour une future audition… puis il ramassa ses affaires, glissa la carte dans sa poche et vida vite fait les deux plateaux. Puis sans demander son reste, il quitta l’endroit des épaules un peu voutées et au pas de course.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


Voir le profil de l'utilisateur



«Je fais 66kg tout mouillé, et mes os cassent facilement alors le sarcasme c'est ma seule défense»

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: