Partagez

My Only Friend - Seth

Charlie Spencer

Charlie Spencer

My Only Friend - Seth BitesizedWarmApisdorsatalaboriosa-size_restricted
◘ Avatar : Rami Malek
◘ Crédits : JA
◘ Date d'inscription : 30/11/2018
◘ Messages : 85
◘ Autres comptes : Newt et Tomie
◘ Age du perso : 34 ans
◘ Emploi/loisirs : Ingénieur Cyber sécurité pour Price Corporation et Hackeur de génie
◘ Mes dons : Hacker
◘ Côté coeur : ... What ?
My Only Friend - Seth Empty
Dim 2 Déc - 14:50

My only Friend
Charlie & Seth



…You’re not real…

Cela ne fait qu’une demi-heure qu’il est rentré. Franchissant la porte de son appartement… juste un F2 simples avec tout un matos informatique impressionnant qui encombre un coin du « salon », salon qui n’a que le nom.
Ici pas de télé, pas de table pour s’installer manger. Il n’y a qu’un large divan genre clic clac pour faire office de couchette de fortune et puis le vaste bureau avec tout son bazar de pro mister informatique. Une vaste étagère aussi avec plein de boîtes, des CD ROM vierge et de quoi aussi détruite son unité centrale en cas de problème. Pour pouvoir faire le grand nettoyage si jamais il est repéré.
Question déco… c’est ultra-minimaliste, rien de bien personnel dans le fond. Quand on rentre dans l’appartement on tombe directe dans la petite cuisine. Une porte en face donne dans la salle de bain et chiotte, puis y a la porte de la chambre à côté et enfin la grande ouverture sur le salon… Voilà sa disposition. C’est chez Charlie…

À peine rentré, il a repoussé sa capuche, puis a déposé son Pc portable dans un coin. Pour sans autre formalité aller vers son unité centrale et s’installer dedans. Voilà depuis 30 minutes qu’il pianote et écrit des lignes de codes. Ses grands yeux rivés sur l’écran, sur ces fenêtres qui pour un néophyte sembleraient à du charabia incompréhensible… mais pour lui c’est aussi clair et facile de lire que le dernier putain de catalogue de Noël laissé dans sa boîte aux lettres… décorées de symbole d’Angelot et de Lutins … Qui proposent de la Dinde fourrée congelée à toutes les sauces ou tout un tas de décoration de Noël, des guirlandes, des Santons, des Conifères artificiels… « Fuck Noël… . Sans parler de sa voisine, cette petite vieille un peu trop curieuse et envahissante qui tente chaque année de lui offrir des gâteaux à la Cannelles ou quelques Papillotes… cette manie de faire ses étrennes … le dépasse surtout que… « Je n’ai jamais aimé la cannelle et encore moins le chocolat….

De toute façon il fera comme d’habitude en cette période de l’année… Il restera chez lui et évitera tout contact extérieur durant cette nuit de réveillon. Et il ne possède pas de télé, donc il ne sera pas parasité par les éternelles émissions du genre, avec son lot de chanson et cantique à la gloire de Marie, Jésus et ces fucking rois MagesMelchior … Balthazar et Gaspard…

« Ils sont tous tellement prêt à avaler de ces conneries… Dieu… Lui aussi n’est en fin de compte qu’un putain d’ami imaginaire… tout comme toi… Pourtant croire en lui ne te fait pas passer pour un taré. Où est la différence ?... Tu le sais toi ? » .

Charlie pivota sur son siège d’ordi et se malmena les cheveux, passant sa main dans sa tignasse coupée court. Il soupira dégluti doucement, son regard si lointain mais préoccupé.

« Fuck… Elle me résiste… Pourquoi ?... Je n’arrive pas à sonder plus loin dans ses données. » .

Il tourna son profil vers son écran, toutes ces fenêtres ouvertes, il essayait d’en savoir plus sur la nana du métro… Berlin… Il n’avait que trouvé son profil de créatrice de jeu vidéo. Paris-Berlin… rien de bien compliqué à trouver. Cependant… le masque lui résistait et il ne comprenait pas comment.
Il fixa longuement l’écran, quelques longues minutes pour enfin soupirer, s’en détourner et se lever de là afin de se faire un café dans sa cuisine. Il n’avait encore rien avalé depuis sa pause-déjeuner à la cafétéria de la société.
Il se versa dans une chope le fonds de café froid et vieux de la veille, puis enfourna le tout dans le micro-onde. Le café serait infect comme d’habitude, mais qu’importe…

« Tu sais quoi… ? Elle sait se protéger… » Conclue-t-il en braquant enfin son regard vers Lui. Charlie appuyé contre le plan de travail juste à côté de la micro-onde, il le fixait... Son seul ami...

Elle est comme moi... Dit-il à voix haute, étant seul, il n’était pas un souci de le faire, personne ne le regarderait de travers ou comme un fou.

(c) ROGERS.
Voir le profil de l'utilisateur


I understand what is like to be different… I’m very different too.
Seth Lark

Seth Lark

◘ Date d'inscription : 30/11/2018
◘ Messages : 38
My Only Friend - Seth Empty
Dim 2 Déc - 17:10

MY ONLY FRIEND
Feat Charlie
Cet appartement, c’était votre bulle. Certes, la plupart des gens, n’y aurait vu qu’un taudis tout juste bon à être placé dans la cave d’un psychopathe. Mais pour toi, c’était l’assurance d’une certaine stabilité dans l’équilibre sociale et émotionnel fragile de ton ami. On n’y trouvait pas ou peu de réelle décoration, c’était avant tout un poste d’observation. C’est cela, un observatoire, un laboratoire d‘analyse sociétale dans lequel ton compagnon pouvait appréhender ses rapports sociaux de manière détachée. Reculé ici comme ans la base Melchior
située sur l’archipel Palmer, ans le froid de l’antarctique, Charlie pouvait ici espionner de manière objective chaque personne qui entrait dans son cercle connaissance.. Car oui, les liens amicaux, amoureux, et tout liens sociaux sont une complication dans la vie de ton ami.
Vous avez installé entre vous une certaines routines. Réglée comme du papier à musique, comme un bigoudi dans sa papillote, vous essayez non pas de vous enfermer, mais plutôt de vous épanouir dans un confort de vie simple et constant, non dénuée d’imprévus, mais toute fois maitrisée afin que les crises de ton ami ne soit que rares et de courtes durées.

Ce soir, une rencontre vous a pourtant perturbé dans votre routine. Comme dans le roman fantastique de TOLKIEN, puisque avant d’être un livre de Fantasy, l’auteur créé l’apparition du fantastique en ce sens que l’arrivé du mage Gandalf est une surprise auprès de ses hôtes qui n’ont jamais vu un humain, l’entrée de miss Berlin du Bronx dans vos existences démet quelque peu vos habitudes. Ton partenaire de toujours a donc besoin de se rassurer, non pas pour mettre un visage sur ce santon de bois, puisque un visage, il en a un, mais plutôt pour définir sa place au sein même de la scène qu’est sa vie. Alors il tape inlassablement ses codes auxquels tu ne comprends rien pour attraper dans ses filets les donnés, accueillant les étrennes tant attendu de ses recherches, toi, quand il est plongé dans ses interfaces, tu en profite pour t’éclipser et aller prendre un douche. Quand tu ressors, une serviette nouée autour de la table, tes bouclettes d’angelot gorgée d‘eau qui suinte le long de ton corps et s’évaporant avant même de toucher le sol, tu t’assois à ses côtés, fixant tour à tour ses doigts qui pianotent inlassablement, son écran sur lequel défilent nombre de lignes en blanc sur noir et ses yeux d’Amblygonite figée dans le temps.
«  En parlant de ça, La grosse dinde qui nous sert de voisine, madame Polikov, elle t’a pas encore ramené ses merdes habituelles.. avec son éternel sourire et son regard curieux qui essaie de fureter par dessus ton épaule.. Cannelle, en même temps, sans déconner, avec un prénom pareil, si tu fais pas de Noël une vrai fête, t’as juste l’air con toute l’année, elle est déjà pas gâtée par la nature mais là ses parents ont fait fort.. Et alors avec son lutin de fils, on est en plein dedans.. Adam, si je dis Lutin, c’est pas comme un nom, plutôt comme un adjectif.. Il est vif et espiègle, il va finir par la faire trouver chèvre, et moi aussi, si seulement je pouvais le chopper et l’enfermer quelque part.. »

Les mots de Charlie sont parfis blessants, et c’est le cas à ce moment précis, conneries, putain d’ami imaginaire, tout comme toi, où est la différence ces mots raisonnent en toi comme le braiment âne qui serait trop proche de toi et déchirerai tes tympans. Tu as d’abord un vertige, tu sens en toi une profonde tristesse qui monte petit à petit, serrant ta gorge. «  Je ne sais pas.. » réponds tu dans un souffle que tu essaye de maîtriser tant ta voix tremble et trahis ta peine. « Je.. Je vais finir de me préparer.. » Tu te diriges donc vers la salle de bain pour craquer un coup. Tu es réellement affecté par ces mots, ils sont vraiment une arme qui peut briser toutes les armures, si dures soient-elles. Tu entres donc dans la pièce, fermant le verrou et laissantes larmes couler sur tes joues avant e revenir quelques instants plus tard, le regard légèrement humide.

« Je peux peut-être essayer une méthode plus simple.. Plus.. commune, si tu veux, parfois la simplicité est bien plus productive.. »
Tu l’observe, assis là comme si il allait avoir l’annonciation divine qu’il attendait. Comme si les lignes allaient s’animer et lui donner plus de réponse.. Cependant il finit par se diriger vers la cuisine où tu le suivra pour toi aussi prendre un café, mais toi, tu ne t’encombre pas à le réchauffer. Premièrement, tu le préfère froid, secondement.. Il reste fictif, ce café, comme cette douche que tu as prise, le son des goutes qui tombent sur la vaillance dans leur fracas aquilin, tout ceci n’est que fiction, au final.
« Possible, tu sais, elle s’y connait en codes et commandes, avec une cyber-entreprise, mieux vaut savoir protéger ses données, mais maintenant que tu sais ça, tu vas pouvoir faire quelque chose, non ? » Dis tu tout en hochant la tête.

Un petit vertige te prend quand ton pilier ouvre la bouche. « Euh, oui, en un sens, pourquoi pas, mais n’oublie pas qu’on la connais quand même relativement peu.. De là à dire que vous êtes [i]pareil[iI] il y a quand même un monde.. Tu crois que tu vas pouvoir faire quelque chose maintenant que tu sais ça ? »
Cette anxiété, tu sais d'où elle te vient, non pas d’une jalousie maladive, mais d’une peur profonde. Et s’il te remplaçait ? Et si.. Il troublait, que tu disparaissait dans les profondeurs sombres de l’univers. Et si la flamme de votre candélabre s’amenuisait et finissait par s’éteindre pour ne laisser place qu’au noir infini ?
code by bat'phanie
[/color]
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Spencer

Charlie Spencer

My Only Friend - Seth BitesizedWarmApisdorsatalaboriosa-size_restricted
◘ Avatar : Rami Malek
◘ Crédits : JA
◘ Date d'inscription : 30/11/2018
◘ Messages : 85
◘ Autres comptes : Newt et Tomie
◘ Age du perso : 34 ans
◘ Emploi/loisirs : Ingénieur Cyber sécurité pour Price Corporation et Hackeur de génie
◘ Mes dons : Hacker
◘ Côté coeur : ... What ?
My Only Friend - Seth Empty
Dim 2 Déc - 17:53

My only Friend
Charlie & Seth



…You’re not real…

Malheureusement… Charlie est sans filtre dans ses mots et ses pensées parfois. Ne cherchant pas réellement à blesser à faire mal, juste… qu’il dit ce qu’il lui semble honnête, même si cela peut être laid ou dur à entendre.
Alors qu’il tente de pirater la miss du métro, et qu’il se heurte à quelques difficultés, il balance ce genre de mot sans vraiment y faire attention. Ça s’écoule de sa tête comme ces lignes de code innombrable qui envahissent bientôt tout son écran. Des fenêtres s’ouvrent, un profil, quelques bribes d’infos. Hooo il en tire déjà pas mal, mais pour lui qui a l’habitude de vraiment retirer le masque entier de l’autre, il ressent une certaine frustration peu commune. Elle est forte ceci est certain.

Seth… car oui il a un nom, même si Charlie ne le prononce jamais dans le fond, critique la voisine, mais Charlie n’y fait pas vraiment attention. Il entend, car forcément ses dires sont aussi dans son esprit mais il écoute sans vraiment s’y attarder et y répondre… quoiqu’un mince petit sourire en coin, juste un léger retroussement d’un coin de sa bouche, voilà la seule réponse qu’il fournit tout en étant face à cet écran dont l’affichage se reflétait dans ses yeux.
Il n’a pas conscience ou peut être si… de la peine de Seth… car étant donné qu’il est aussi dans sa tête, mais quand il se matérialise physiquement à ses yeux, c’est comme s’il se dissociait bien de lui, donc qu’il avait à son tour sa propre intimité et sentiment. Voilà pourquoi le Hacker ne percute pas ce qu’il a pu lui faire.
Il finit par se détourner de son unité centrale et se préparer un café qu’il laisse chauffer une minute et demie dans le micro-onde.

« Je peux peut-être essayer une méthode plus simple.. Plus.. commune, si tu veux, parfois la simplicité est bien plus productive.. »

Appuyé donc contre le plan de travail, les bras croisés, Charlie enfin le regarde, il revient de la salle de bain…
« Tiens ? ... Tu n’étais pas avec moi tout à l’heure ? »
Il passe à côté de Charlie pour prendre aussi une chope dans le vieux placard et se verser à son tour le café qu’il boit directement ainsi… froid de toute évidence sans émettre un seul rictus de dégout.
Mais Charlie l’écoute avec attention, ça se voit, ses prunelles ne sont pas éteintes, elles captent ses mots et les analyses… Son disque dur interne tourne à plein régime… Il a l’impression presque d’en sentir les vibrations dans sa tête.

« Possible, tu sais, elle s’y connait en codes et commandes, avec une cyber-entreprise, mieux vaut savoir protéger ses données, mais maintenant que tu sais ça, tu vas pouvoir faire quelque chose, non ? »
« Tu as raison… Tout système à ses faiblesses, ses failles. Il suffit juste de découvrir la brèche pour se faire un passage… » Confirme-t-il c’est la base du hacking.

Mais il le pense aussi… Que cette nana a comme lui son labyrinthe froid et inflexible. Cacher sa faiblesse au cœur, érigeant une quantité de murs, de chemin et d’impasse pour en protéger l’accès à son bug qui ferait tomber tout son masque.
Le tilte du micro-onde détourne ses réflexions pour des gestes et une envie plus basique. Il dénoue ses bras et s’approche de l’engin pour en récupérer sa chope brûlante.

« Euh, oui, en un sens, pourquoi pas, mais n’oublie pas qu’on la connais quand même relativement peu.. De là à dire que vous êtes pareil il y a quand même un monde.. Tu crois que tu vas pouvoir faire quelque chose maintenant que tu sais ça ? » [/i]

Je pense que la clef c’est son école… Si je peux atteindre son dossier scolaire j’aurais peut-être une faille par là… Il souffle sur le liquide sombre de son café et tente d’en boire un peu.
Il retourne devant son bureau pour se laisser tomber dans le fauteuil d’ordi. Mais il ne se met pas face à l’écran, il posa sa nuque sur le dossier, exerce de léger mouvement de droite à gauche avec le fauteuil tout en gardant cette chope trop chaude entre ses doigts.

« Mais je ne pense pas que cela soit une mauvaise personne… » Il secoue doucement la tête et cherche l’approbation de cette remarque dans le regard de Seth.
« Quand je dis… elle est comme moi, c’est qu’elle a aussi son labyrinthe… Elle est juste... moins taré que moi....» Son regard flancha un peu, et s’abaissa sur sa chope qu’il finit par lever de nouveau jusqu’à sa bouche. Le café n'était vraiment pas bon du tout, mais brûlait moins la bouche.


(c) ROGERS.
Voir le profil de l'utilisateur


I understand what is like to be different… I’m very different too.
Seth Lark

Seth Lark

◘ Date d'inscription : 30/11/2018
◘ Messages : 38
My Only Friend - Seth Empty
Sam 5 Jan - 19:28

MY ONLY FRIEND
Feat Charlie
Charlie semble absorbé. Happé par les lignes qui défilent devant ses yeux. Absorbé par les fenêtres qui s’ouvre et se ferment face à ses prunelles d’émeraude éclairées par l’écran d’une lueur blafane. Il est absent. À cet instant tu ne peux que te sentir seul, isolé. Et pourtant, sans lui, tu ne pourrait être ici, sans lui, à l’heure d’aujourd’hui, tu ne serais pas. Il est difficile de s’imaginer ce qu’il y a après la mort, et c’est d’ailleurs là le sujet de la vie de tout humain. Mais toi.. Toi tu ne sais ni ce qu’il y a avant, ni pendant ni après. Comment est-ce possible ? Tu n’existe pas et pourtant tu es là Seth..
Pour seule réponse à ta présence, tu n’auras qu’un faible rictus, une lèvre qui se retrouvera et te fera sentir encore plus seul au milieu de l’appartement. Le voir ainsi agir avec toi te serre le coeur. Tu la sens, cette boule, pareil à des aiguilles qui empliraient ta trachée et viendrait bientôt couper toute tentative de communication. Tes yeux commencent à chauffer et à piquer, la douche à beau avoir été brulante, tu sais pertinemment que c’est autre chose qui recouvre bientôt la muqueuse de ta paupière inférieure..

Appuyé contre le meuble e la cuisine, la fesse sur le plan de travail, tu regarde le liquide noirâtre dans le fond de ton mug, tu as l’impression de t’y enfoncer lentement, lascivement. Comme si plus rien n’étais là, et pourtant tu écoutes attentivement Charlie. Parfois tu as l’impression de vivre une relation à sens unique dans laquelle tu es le seul à agir. Parfois même, tu te dis que tu vas le laisser seul, juste comme ça, arrêter de répondre. Juste pour lui montrer ce que ça fait. Juste pour te venger. Mais tu ne peux pas.. Si tu faisais cela, tu n’aurai jamais été plus seul, alors tu acceptes, tu subis, tu endures et tu te tais.

Tu hoche lentement la tête, quand Charlie parle de ta présence, ou plutôt de ton absence d‘ailleurs.. Non, tu n’étais pas là, mais ce qui te tue  ce qui te donne le coup e grâce c’est qu’il te le fasse remarqué maintenant alors que tu reviens. ça fais mal, très mal, comme un coup e couteau. Droit au coeur. Et là, c’est la goutte d’eau. Elle t’échappe. Tu la sens rouler sur ta joue. Elle brule, c’est comme une goutte ‘acide qui dessine sur son passage une ligne rouge en travers de ton visage. Que tu sois là ou pas, au fond, ça change quoi ? Tu as relevé la tête et planter tes yeux dans ceux de ton ami pour qu’il ne puisse plus ignorer ta détresse. Il verra l’eau salé traverser ta chair, descendre lentement de tes yeux teinté d’une lourde couche nuageuse de colère, d’amertume, de douleur et de tristesse. Il ne pourra plus ignorer cela comme il le fait si souvent quand tu cache à peine ce que tu ressens, ce que tu vis. Là, il sait. Tu restes un moment muet, le temps semble s’être figé, face à face dans cette cuisine minuscule, ton regard le met au défi de t’ignorer. On voit à présent que tu bous, et qu’il ne vaut mieux plus ignorer ton appel au secours.

Tu finis par sortir de la cuisine ans un mouvement d‘énervement et par te poster avant la fenêtre, immobile. Tu serres ton mug de toute tes forces pour contenir ce qui reste de ta rage. Tu fixe inexorablement l’horizon. À présent, tu ne peux plus te contenir, alors, la fraicheur de la tasse apposée sur ta poitrine te rappelle à quel point ton coeur est froid à cet instant. Seth, tune peux pas t’énerver ainsi, mais tu ne peux plus cacher ta rancoeur non plus. Tu as envie de hurler, de tout envoyer valser, de voir ce qui t’enroule se briser..
Dos à Charlie, tu tentes de garder le peu de calme et de sérénité qui te reste. TU sais qu’il attends une réponse mais tu n’as aucune envie de lui répondre, toi.

« Ton café est trop chaud, poses le, tu vas te bruler. » Dis tu d’une voix ferme, froide et peu maitrisée.

Les larmes qui coulent à présent son d’avantage un tumulte de rage que de tristesse. Quand tu entends Charlie dire qu’il est taré, ce sont tes émotions qui éclatent. Tes mains tremblent sous la pression, vacillent et bientôt ta tasse éclate dans un bruit sourd et sonore. Clac. Ton corps tressaille, frémis mais tes mains ne s’ouvrent pas, tu continu de serrer les débris dans ta paume jusqu’a les sentir pénétrer ta chair. Tes yeux son grands ouvert sur les lumières de la ville. Bientôt, le sang coule le long de tes avant-bras et goutte délicatement sur le sol. Tu as mal, mais cette douleur t’apaise, elle te permet aussi d’extérioriser cette douleur émotionnelle. Charlie ne tardera surement pas à s’en rendre compte. Tu le sais, il te regarde, et tu sens la viscosité du liquide entourer peu à peu tes pieds..
code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Spencer

Charlie Spencer

My Only Friend - Seth BitesizedWarmApisdorsatalaboriosa-size_restricted
◘ Avatar : Rami Malek
◘ Crédits : JA
◘ Date d'inscription : 30/11/2018
◘ Messages : 85
◘ Autres comptes : Newt et Tomie
◘ Age du perso : 34 ans
◘ Emploi/loisirs : Ingénieur Cyber sécurité pour Price Corporation et Hackeur de génie
◘ Mes dons : Hacker
◘ Côté coeur : ... What ?
My Only Friend - Seth Empty
Mer 20 Mar - 10:10

My only Friend
Charlie & Seth



…You’re not real…


Toujours un peu obsédé par son désir de cerner le monde qui l’entoure, ce besoin de dévoiler le vrai masque des gens, Charlie parfois ne réalise pas qu’il pouvait être dur dans ses mots. Qu’il pouvait alors blesser, qu’il pouvait décevoir son entourage. Enfin ... si...il le sait parfois, il le réalise mais bien trop souvent trop tard comme à chaque fois. S’il était fort et doué, voire même un vrai génie en informatique et avec le virtuel… Pour ce qui concernait le réel et le social s’était aucunement le cas. Sa maladie l'handicapait complètement dans ses relations avec les autres. Et pourtant Seth était un ami imaginaire, qui n’existait que dans son esprit, sa propre tête. Il ne devrait pourtant pas le vexer et le blessé aussi souvent, surtout aussi facilement. Mais apparemment même avec lui, il n’était guère doué.
Il ressentait les émotions aussi de Seth, tout aussi facilement que les siennes. Mais pour le moment, il n’était pas en mesure de les comprendre, de les assimiler et de les traiter comme il pouvait facilement le faire avec ces lignes de codes ultra-complexe sur son écran bleu.
Face à son café, il déballa toujours et encore son obsession de trouver la faille chez les autres. Occultant la tristesse qui montait crescendo dans ce coin de sa tête qu’occupait Seth depuis des années. Pas qu’il s’en fichait, juste … il n’était pas encore prêt à vraiment percuter sur ce qui n’allait pas.

« Ton café est trop chaud, poses le, tu vas te bruler. » Avait-il dit d'une voix distante et froide.

Charlie inconsciemment presque s’exécuta car c’était presque intuitif de suivre les conseils de cet ami qu’il n’entendait qu’au plus profond de son esprit. Il reposa alors la tasse et à ce moment il entendit celle de Seth exploser entre ses mains.
Charlie se retourna alors vers lui, son regard errant de sa nuque à ses mains qu’il pouvait voir trembler et couverte peu à peu de sang. Il finit par se rapprocher et l’agripper par le coude afin de le tirer avec lui vers la salle de bain.

« Tu es blessé… » Justifia-t-il son geste tout en retirant quelques débris de vaisselle entre les doigts. Il ne se formalisait pas du sang. Il n’en n'avait pas peur, pas de phobie de l'hémoglobine . Puis il le guida vers la salle de bain afin de nettoyer ses mains et désinfecter ses plaies.

Il veilla ensuite de bien sécher avec des compresses propres, puis fouilla et trouva une bande stérile pour protéger ses mains abimées. Charlie prodiguait tous ses soins dans le silence, car il n’était guère doué pour rassurer ou s’exprimer. Concentré sur cette tâche, il ressentait néanmoins la colère et la frustration de l’autre. Normal il faisait partie de lui, et c’est quand il eut fini, que Seth fut donc soigné qu’il releva les yeux et croisa son regard triste.

« Je suis désolé si je t’ai mis en colère et blessé… » Lâcha-t-il doucement. « ce n’était pas mon intention… »


(c) ROGERS.
Voir le profil de l'utilisateur


I understand what is like to be different… I’m very different too.
Seth Lark

Seth Lark

◘ Date d'inscription : 30/11/2018
◘ Messages : 38
My Only Friend - Seth Empty
Jeu 21 Mar - 21:46

MY ONLY FRIEND
Feat Charlie
Tu es là, debout devant la fenêtre sombre. Face à toi-même, dos à la réalité.. Tu le sais, pourtant, que parfois Charlie dit des choses sans les penser. Que parfois il ne mesure pas l’impact profond de ce qu’il peut dire. Mais c’est dur. Trop dur parfois.. Alors tu craques. Tu as envie de tout envoyer en lair, de tout jeter, de tout casser, de faire malle d’avoir mal. Pourquoi? Parce que tunes que trop conscient de ta situation. Tu es là, bien vivant, bien ancré dans cette réalité qui est votre, et pourtant, pourtant tu n’es pals. Tu n’est là que pour Charlie, qui te ramène à la bassesse de ton existence. Tu es une illusion. Un mirage créé pour l’aider à s’épanouir. C’est là que c’est d’autant plus dur. Tu es là pourquoi vole de ses propres ailes et… Sans lui n’existe plus.. Tu veux qu’il décolle mais tu as peut être plus besoin de lui que lui n’aura jamais besoin de toi, Seth.

Tu sens ton sang bouillir, tes larmes brulent comme l’acide. Ton sang brûle dans la facticité de tes veines qui ne sont là que la vapeur brulante et cuisante d’un songe qui dure depuis des années. Et le pire dans tout ça, ce n’est pas qu’il t’ignore, car non, il ne le fait pas, tu fais partie intégrante de lui aujourd’hui. Non. Le pire c’est qu’il s’habitue.. Tu es une illusion qui s’efface et laisse petit à petit place à un voile de fumée qui se dissipe.

Quand la tasse éclate dans tes doigts, elle t’arrache un sanglot silencieux. Sans doute pensera-t-il a un sursaut. Mais toi tu sais qu’en réalité, c’est une crise de larmes muette. Un gémissement réprimé, éteint qui parvient à s’enfuir de ton contrôle. Tu n’as pas plus mal que ca car en réalité la douleur que tu sens le plus c’est ta poitrine qui se resserre dans un étau. Ton crâne tambourine, tes tempes sont écrasée d’une pression latente, plus que pensante, presque palpable.

Quand tu sens sa main sur ton coude un frison parcours ton corps de haut en bas et te fait te redresser, mais bien vite, tu rabaisse la tête, non pas par pudeur ou par orgueil comme un enfantais plutôt pour ne pas embêter Charlie, même si celui-ci ne lisera probablement pas. Dans la salle de bain exigu, tu t’appuies contre le lavabo dont la porcelaine est encore plus froid que les paroles de ton ami, tu tiens ta main ouverte, il prends soin de toi mais tu reste muet pour ne pas pleurer d’avantage, tu te contente de laisser couler les quelques larmes qui continuent de tomber sur le carrelage gelé.

Quand il n’excuse, tu te mordilles lèvres et tu relève la tête. Dans la proximité, vos visages à quelques centimètres l’un de l’autre, tu plonges ton regard dans le sien et prends sa figure dans ta main, ton pouce passe sur sa joue comme si c’est lui qui pleurait. « Ne ten fais pas Charlie, demain, tu ne t’en souviendras pas. » Tu souris légèrement et baisse les yeux avant de le prendre dans tes bras. Tu vois les gouttes qui ruissellent de tes cheveux éclater au sol et se fondre dans la noirceur du tshirt de ton hôte avant d’ajouter de façon audible mais tout bas : « Comme à chaque fois… »
La fatigue s’est à présent emparée de toi et tu t’appuies un peu plus sur Charlie, tu trembles, mais tu ne sais pas si c’est l’épuisement, l’émotion ou juste le fait de retrouver Charlie.Tu n’as pas envie de bouger mais pourtant tu le sais, Charlie ne restera pas éternellement comme ça..
code by bat'phanie
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

My Only Friend - Seth Empty
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seth Tienyue (Serpentard)
» Goodbye my friend
» Technique Seth'Gya
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» take a ride with my best friend. 25 oct. (19h)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: