Partagez|

Y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit - ft. Kylian

avatar

Joshua Pears


◘ Avatar : Ezra Miller
◘ Crédits : Evie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 104
◘ Jetons : 240
◘ Age du perso : 21 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
Lun 1 Oct - 0:05
Y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit En ce moment, Joshua ne se sent pas l’âme travailleuse. Au lieu de rentrer au bercail directement après les cours pour s’avancer sur les dossiers qu’il doit rendre bientôt, il préfère de loin traîner avec quelques amis pour partager les derniers ragots de couloirs, débattre au sujet des dernières séries à la mode et fumer quelques clopes. Ce genre de groupe d’ados en perdition est courant à New-York, et personne ne semble s’inquiéter de voir le jeune Josh saluer ses derniers amis alors que le crépuscule tombe déjà sur la ville. Il parait que le temps passe toujours plus vite quand on procrastine.

Pourtant sans s’inquiéter de voir son père se faire un sang d’encre, Joshua s’installe nonchalamment au volant de sa voiture. La lune ne va pas tarder à faire son ascension, et même si elle ne sera pas pleine ce soir, Joshua ne peut pas prendre le risque de découcher. Il traverse une période instable qui le rend plus sensible aux sautes d’humeurs – souvent massacrantes. En soupirant, il démarre le moteur de son petit carrosse et monte le volume de la radio pour se changer les idées. Il n’a vraiment pas envie de se prendre la tête avec cette histoire de malédiction nocturne maintenant, même si le temps

Pressé de se jeter dans son lit la tête la première, il fonce au travers des rues de New-York pour rejoindre Manhattan au plus vite. La fatigue le prend insidieusement alors qu’il n’est plus très loin. Le cours de chimie est fatal pour les neurones. Le professeur a un don pour capter 80% de l’énergie journalière de ses élèves en quelques heures à peine. Joshua est en train de revivre paresseusement sa journée en pensée alors qu’il s’approche d’un carrefour. Le feu est orange. Il ralentit, plus par réflexe en voyant les petites lumières rouges de la voiture devant lui s’allumer.

Soudain son téléphone sonne. Distrait de ses pensées mortellement ennuyeuses, Joshua ne résiste pas à l’envie d’y jeter un tout petit coup d’œil. C’est un message de son ami qu’il a laissé devant la bouche de métro un peu plus tôt. Un message sans grand intérêt, mais qui fait tout de même sourire le jeune : « Lol y’a une mamie qui a fait la morale à un mec balèze et il s’est trop écrasé devant elle tellement elle hurlait dans les aigus jpp » Le temps que Joshua relève les yeux, le feu est passé au rouge. « Merde ! » Il a à peine le temps d’écraser son frein pour éviter la catastrophe que le parechoc de sa voiture écrase l’arrière de celle qui est arrêtée devant lui. Par chance, la collision n’est pas si terrible, mais l’un des feux de la voiture de devant est réduit en miette dans l’impact. Aussitôt, le jeune serre les dents dans une grimace inquiète. La voiture a tellement de classe que le remboursement d’un seul feu risque de l’endetter à vie. « Ooh noooon, papa va me tueeer… » Il marmonne en soupirant, agacé de son erreur idiote.

Déjà la porte de la voiture bousculée s’ouvre et dévoile un homme bien habillé et à l’air visiblement furax. Génial… En plus de se faire passer un savon par son père, Josh devine qu’il ne va pas échapper à la morale d’un parfait inconnu par-dessus le marché. Saoulé d’avance, le jeune se contente d’ouvrir sa vitre et de passer la tête pour interpeller l’homme avant même de lui laisser le temps de râler : « Euh désolé ! Je vous avez pas vu ! Mais c’est rien vous inquiétez pas ! » Joshua lui fait signe de retourner à son volant, mais comprend en même temps que ces quelques paroles ne suffiront pas à rassurer le chauffeur. Alors il lève les yeux au ciel en suppliant la lune de ne pas rendre cette journée pire encore et tente à nouveau de minimiser les dégâts alors que l’homme inspecte son carrosse de luxe. « Vous en faites pas, votre feu il suffit de le changer. Il marchait déjà pas de toute façon, c’est pour ça que j’ai pas vu que vous étiez en train de freiner. » Il lui sert un mensonge brillamment trouvé sur le moment et hausse les épaules pour appuyer ses dires. Dommage pour le bonhomme, Joshua vient de retourner habillement la responsabilité sur lui. Il ose même pousser l’affront jusqu’à ajouter une petite remarque culpabilisante : « J’espère que mes feux n’ont rien par contre… »
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kylian Byrne


◘ Avatar : Ben Barnes
◘ Crédits : Miss Pie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 161
◘ Jetons : 217
◘ Age du perso : 31 ans humain, 32 ans vampire
◘ Emploi/loisirs : Boss du bar "Le Lux"
◘ Côté coeur : Célibataire
Mar 2 Oct - 21:00
y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit
Enfin, le jour J était arrivé ! Ma chérie, ma beauté, mon incommensurable amour était enfin arrivé. Ma Nephilim. Ma coupée sport était enfin au Etats-Unis.
Un chauffeur était arrivé avec elle tandis que je grognais déjà dans ma barbe en le voyant sortir sans essuyer la poignée. Je le remerciais et le payais avant d'aller voir ma belle et décider de la nettoyer totalement en lui parlant. Bah quoi, vous êtes déjà tous au courant que j'ai un gros souci avec elle hein ! Ne me jugeais pas !
Après un bon lavage, je décidais d'aller faire un tour avec elle dans les rues de New-York. Il ne manquait plus que le toit ouvrant pour être au summum du bonheur. Je m'étais tellement inquiété pour son voyage... Un accident est si vite arrivé finalement ! Et comment j'aurais pu vivre sans ma puce hein ? Ce n'est juste pas possible... Elle était le cadeau de mon Virgile, mon premier et seul vrai amour jusqu'à là. C'était d'ailleurs sûrement pour ça que j'y tenais plus que de raison.

Filant dans les rues de la ville en pleine soirée, je profitais du moment avant de m'arrêter à un feu rouge, caressant doucement le volant d'une main, le sourire aux lèvres avant de soudainement m'arrêter après avoir senti un choc violent. Je fermais les yeux pour me calmer. Qui avait osé, dès le premier jour, abîmer ma Nephilim !!
De plus, mon côté vampire avait bien entendu le verre se briser sous le coup. Je sortais alors de la voiture pour m'approcher de celle de derrière. Je me forcais a ne pas soulever sa bagnole avec lui dedans pour le balancer plus loin.
Le jeune ouvrait alors la vitre pour me répondre.
Désolé ? Ce n'est rien ? Il ne m'avait pas vu ? Il se foutait surtout de ma gueule non ?
- Tu crois que c'est ton désolé qui va réparer le feu d'une voiture qui vaut plus cher que ta vie ?
Mon feu ne marchait pas ? Ok, alors, je lui arrache quel œil en premier ?
- Tout. Fonctionnait. Parfaitement. Et s'il te faut un feu pour voir une voiture de cette qualité, il est vraiment temps d'occulter... Du moins si tu sors vivant... Et ça, ce n'est pas totalement sûr gamin.
Je me forçais pour ne pas lui arracher la tête, là maintenant, qu'importe les témoins. La dernière réflexion fut celle de trop. Avec rapidité, je lui attrapais le col pour le sortir à moitié par la fenêtre, approchant mon visage du sien.
- Tu as énormément de chance que je sois clément cette fois-ci... Mais si tu ne veux pas que ta tronche ressemble à mon feu, tu as plutôt intérêt à vite repartir.
Je le renvoi sur sa chaise tout en le fixant avec un air mauvais. Et pour que l'on soit quitte, je lui brise également un feu avant de repartir dans ma voiture et foncer vers mon bar. Si je ne voulais pas faire un meurtre, mieux valait partir vite.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur




You're the love that I hate, You're the drug that I take
Can you change me ? From the monster you made me

avatar

Joshua Pears


◘ Avatar : Ezra Miller
◘ Crédits : Evie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 104
◘ Jetons : 240
◘ Age du perso : 21 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
Lun 8 Oct - 1:21
Y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit Joshua comprend qu’il est tombé sur un relou lorsque l’homme lui jette une idée du prix de sa voiture à la figure. L’adolescent grince des dents et peste mentalement. Pourquoi est-ce qu’il fallait que ce soit la voiture d’un imbécile trop riche ? Ça ne pouvait pas être une épave bonne pour la casse ?! Pendant que le bonhomme se lance dans un monologue affreusement long et prévisible, Joshua imagine un monde idéal où l’homme a l’épave aurait constaté les dégâts et remercié le lycéen. Il lui aurait confessé n’avoir attendu qu’un signe du destin pour amener sa voiture à la casse et aurait souri en repartant aussitôt.

Joshua fronce les sourcils lorsque l’homme commence à se montrer plus menaçant. Le jeune brun se félicite de ne pas être sorti de sa voiture. Les mecs pleins de frics sont toujours les plus imprévisibles, frustrés plus que de raison dès que quelque chose les contrarie. D’ailleurs, le gars monte un peu trop vite sur ses grands chevaux. Après tout, ce n’est qu’un feu, ça se remplace. Il n’a pas non plus réduit sa voiture en miette. Fatigué d’être rabaissé et relégué au rang de gamin inconscient, Joshua commence à regretter de ne pas avoir freiné plus tard pour faire davantage de dégâts. Quitte à passer un sale moment, autant que ce soit pour une cause légitime.

L’impatience lui réchauffe le sang et la malédiction du loup qui pèse plus lourd sur lui en période d’adolescence lui chatouille les sens. L’agressivité de son interlocuteur lui donne envie de montrer les babines. Tout particulièrement lorsque l’homme l’attrape par le col sans prévenir et l’attire à lui avec une force surprenante. Sur le coup, Joshua a l’impression qu’il pourrait passer tout entier à travers la vitre. Il est tellement surpris que ses poils se hérissent et son cœur se met subitement à battre beaucoup plus vite. La menace de l’homme est percutante mais courte, heureusement. Le jeune a le sifflet coupé, stupéfait par la violence du conducteur et trop occupé à s’efforcer de garder forme humaine. Pourtant, ça ne l’empêche pas de soutenir le regard noir du fou furieux qui retourne finalement à sa voiture sans davantage de confrontation. Quoi qu’il s’arrête à hauteur du capot et prend un malin plaisir à briser un feu de la voiture de son adversaire avant de reprendre place à son volant.

L’action est malveillante mais a le mérite de faire revenir Joshua à lui. « C’est ça casse-toi, Crétin ! Abruti ! Vieux con ! » L’adolescent hurle autant d’insultes que possible avant de voir l’autre repartir. Sur le coup, il n’a pas réagi parce qu’il a été surpris de la force de cet imbécile trop plein de fric. Mais désormais le jeune bouillonne. L’adulte repart sans autre forme de procès que celui de lui avoir cassé un feu aussi. Œil pour œil, dent pour dent, c’est comme ça qu’il fonctionne ? Joshua est révolté. Il en oublie presque qu’il est à l’origine du tort et s’emploie aussitôt à suivre la voiture du riche à travers les rues éclairées par les lampadaires. Tout le temps du trajet, l’adolescent fulmine. Qu’est-ce que cet homme-là est allé s’imaginer ?! Qu’il pourrait faire peur à Joshua avec ses petites menaces ? Il se croit au-dessus des lois, à pouvoir tabasser le premier jeune venu à faire une petite rayure à sa précieuse voiture de luxe. De toute façon, on sait tous que tout ça, c’est pour compenser une petite taille, pas vrai ?!

Joshua est fier de sa conclusion moqueuse lorsqu’il se gare pas loin du bar dans lequel le fameux malade mental est rentré. Pendant un instant, il hésite à aller lui péter le deuxième feu de sa voiture et repartir aussi sec, mais le gars de la sécurité devant le bar risquerait de le voir. Dommage. Il hésite un instant, mais il est si furieux que l’ambition de la vengeance l’emporte sur la raison. Il n’a qu’à ramasser un caillou qui traine ou quelque chose de suffisamment solide à jeter sur le feu de la voiture. Comme ça, il ne prend pas trop de risques en s’approchant de trop près.

Satisfait de son plan, il jubile à l’idée de sa victoire à venir. En attrapant un objet qui conviendra, il vise et se rend compte que le gars de la sécurité regarde dans sa direction. Son cœur fait un bond mais il va jusqu’au bout de son geste avant d’être vu. Déstabilisé par la hâte, il rate sa cible. Le caillou rebondit sur la carrosserie dans un petit bruit inoffensif. Joshua a à peine le temps de pester qu’aussitôt la belle voiture se met à hurler. L’alarme anti-vol s’est déclenchée ! Joshua n’en revient pas. Il ne sait pas s’il doit rire ou paniquer, parce que déjà le bruit attire les regards. Il comprend soudainement la stupidité de son geste et qu’il a tout intérêt à débarrasser le plancher rapidement.
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kylian Byrne


◘ Avatar : Ben Barnes
◘ Crédits : Miss Pie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 161
◘ Jetons : 217
◘ Age du perso : 31 ans humain, 32 ans vampire
◘ Emploi/loisirs : Boss du bar "Le Lux"
◘ Côté coeur : Célibataire
Dim 14 Oct - 0:21
y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit
Je ne fais pas attention à ses insultes de pré-adolescent et je reprends tout simplement ma route. Je ne prends même pas la peine de vérifier si oui ou non, il pouvait bien me suivre. Qui serait assez bête pour le faire sincèrement ? Lui visiblement...
Je finis par arriver au Lux vers lequel je me gare. Sortant de ma chère petite poupette je fais le tour pour vérifier si le reste va bien.
- Putain de gamin qui a osé t'abîmer... Je vais appeler quelqu'un rapidement et on y verra que du feu ma beauté...
Et je ne m'arrêterai pas avant d'avoir trouvé exactement la même pièce de rechange ! Hors de question que ma toute belle soit défigurée ! Je la voulais intacte, point ! Comme au moment de son achat. Fin de son vol. Bref, longue histoire.
Je finis par soupirer avant de rentrer dans mon bar.
- Ben, tu as un bon garagiste ? Un p'tit con m'a foncé dedans !
- Quoi ? Le jour de son arrivée ? Il ne t'a pas fallu longtemps pour...
Je le regardais alors avec un air si mauvais que ce dernier préférait s'éclipser sans terminer sa phrase.
- Je cherche ça...
- Et un bon ! Pas un charlatan ! Je ne laisse pas Nephilim aux mains de n'importe qui ! Et qui a les mêmes feux !
- Oui, Kylian, ne t'inquiète pas, je gère... Ta Nymphe sera comme neuve...
- Merci...
Au même moment, alors, l'alarme de ma voiture sonne. Je fonce vers la porte avant de voir mon videur tenir par le cou le même gamin de toute à l'heure.
- Sérieusement ?
Je fermais les yeux un moment pour me calmer avant de les rouvrir. Il voulait mourir ou autre ce gosse ou vraiment il n'avait pas comprit à quelqu'un point je pouvais être détestable quand je le souhaitais ?
- Tu as une bonne excuse pour venir me chercher jusqu'à mon bar ou tu as juste décidé de me pomper l'air ?
On remarque l'ironie de la phrase au passage...
- Tu as de la chance, je reste pacifique avec les autres espèces alors je ne vais ni te tuer ni te servir en kebab... Mais en attendant, tu ne vas pas non plus t'en sortir comme ça... Ce serait trop simple.
Je fais un signe de la tête à mon vigile avant de revenir dans l'établissement. On allait parler tous les deux, dans mon bureau, jusqu'à ce que mon envie de l'étrangler et le jeter en pâture se calme. Et j'avais toute la nuit pour ça. Malheureusement pour lui.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur




You're the love that I hate, You're the drug that I take
Can you change me ? From the monster you made me

avatar

Joshua Pears


◘ Avatar : Ezra Miller
◘ Crédits : Evie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 104
◘ Jetons : 240
◘ Age du perso : 21 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
Sam 20 Oct - 2:05
Y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au litSatisfait de sa petite vengeance puérile mais inquiet de la voir se retourner contre lui, Joshua entreprend de battre en retraite sur le champ. Trop tard, déjà il entend la grosse voix du videur l’interpeller dans son dos. Le sang du gamin ne fait qu’un tour, il se précipite vers sa propre voiture pour mettre les voiles avant de laisser l’occasion au colosse de lui mettre la main dessus.

Malheureusement, tel le looser d’un mauvais film d’horreur, Joshua fait tomber les clés de sa voiture au moment critique. Sans déconner, ça n’arrive pas que dans les films ça normalement ?? Evidemment, le temps qu’il les ramasse, son poursuivant a déjà traversé la rue. Aussitôt, le jeune Pears proteste : « Qu’est-ce que vous voulez ? J’ai rien fait ! » L’homme n’est pas dupe et le force à revenir vers la voiture qui hurle pour un simple caillou. Contrarié, Joshua continue de protester en hurlant par-dessus l’alarme. « Lâchez-moi ! »

Il se fige soudainement lorsqu’il reconnait sans peine les traits du propriétaire de la dite-voiture qui vient de débarquer en toute hâte. Ça aurait pu être rigolo de voir son air affolé si l’autre abruti ne lui faisait pas mal en le traînant jusqu’à l’entrée du bar. Le chauffeur a l’air furieux et prend un instant avant de s’adresser froidement à Joshua. Le jeune ignore s’il parle de son bar comme de sa propriété ou comme de son endroit fétiche, mais il s’empresse de lui répondre : « J’ai tous les droits de me balader où je veux, on vit dans un pays libre ! » Il jette un regard furieux à l’homme qui le tient encore en place mais reste tranquille. Il n’a aucune chance contre ces deux bonhommes qui lui en veulent visiblement personnellement. Joshua est furieux d’avoir été pris et se sent pris au piège. La situation est clairement inconfortable et déjà l’envie de montrer plus férocement les babines le titille. La nuit est tombée, il doit s’efforcer de rester calme pour éviter le moindre incident. Depuis toujours, ça ne lui est jamais arrivé. Il peut gérer ça.

C’est ce qu’il s’efforce de se répéter, jusqu’à ce que le propriétaire tienne des propos soudainement beaucoup plus inquiétants. Comment ça les autres espèces ? Est-ce qu’il a pu deviner qu’il est un loup-garou ?? Et si c’est le cas, qu’est-ce qu’il est lui ? Déjà le regard de Joshua change. Il est inquiet, terrifié même à l’idée d’avoir été démasqué par un inconnu – un inconnu qui ne lui veut pas que du bien par-dessus le marché. Déjà Joshua se fait des films. Est-ce qu’il aurait pu avoir la malchance de percuter la belle voiture d’un chasseur ? Ça paye bien les métiers de connards !

Joshua n’a pas le temps de poursuivre la discussion, il sent déjà que le vigile le force à suivre son interlocuteur à l’intérieur du bar. Le jeune devine aussitôt qu’il est bien le propriétaire du bar. L’autre ne lui obéirait pas comme un petit toutou sinon. Mais cette fois, le jeune panique. Il sent que la situation lui échappe totalement. S’il est emmené à l’intérieur, le piège se refermera totalement sur lui. Alors il se débat plus furieusement. « Qu’est-ce-que vous faites ?! Vous avez pas le droit ! Lâchez-moi ! » Joshua hurle de plus en plus fort, mais personne ne s’en inquiète. La peur le prend aux tripes lorsqu’il est jeté dans un bureau. Il est parcouru de frissons et ses poils se hérissent. Aussitôt, il trouve refuge contre un mur et fusille son geôlier du regard en lui hurlant à moitié dessus : « Qu’est-ce que vous voulez ?! » Si ce sont bien des chasseurs, ils cherchent peut-être seulement à le tester et à voir s’il va se transformer. Alors Joshua s’efforce de concentrer toutes ses pensées sur son père et le long apprentissage qu’il lui a prodigué pour rester maître de soi-même dans ces situations compliquées.
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kylian Byrne


◘ Avatar : Ben Barnes
◘ Crédits : Miss Pie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 161
◘ Jetons : 217
◘ Age du perso : 31 ans humain, 32 ans vampire
◘ Emploi/loisirs : Boss du bar "Le Lux"
◘ Côté coeur : Célibataire
Dim 28 Oct - 0:19
y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit
J'ouvrais alors la porte de mon bureau avant que mon vigile ne jette le jeune à l'intérieur avant de partir. Je refermais subtilement à clé avant d'aller derrière mon bureau m'adosser au mur, les bras croisés sur ma poitrine. Je l'observais alors. Il avait peur, je le sentais au plus profond de mon être. Il devait bien regretter d'être venu. Pas pour son geste, mais d'être pris comme un lapin entre ses quatre murs avec moi. Il n'y avait aucun doute. Si ce n'avait pas été un loup, mais un simple humain, cela ferait bien longtemps qu'il ne crierait plus. M'attaquer aux humains, c'était une chose, mais aux loups, une autre. Et comme je l'avais précisé, je ne m'attaquais pas aux surnaturels.
Soudainement, mes yeux viraient au jaune, à peine quelques secondes. Ce genre de moment rapide ou on voit notre interlocuteur se demander si tout est vrai ou si c'est juste un jeu de lumière voir même seulement le fruit de leurs imaginations.
- Qu'est-ce que je veux ? C'est moi qui ai décidé de te laisser la vie sauve la dernière fois, mais c'est toi qui as décidé de revenir... Et tu n'es pas en mesure de poser ce genre de question. Alors c'est moi qui vais le faire... Toi, qu'es-ce que tu cherches à revenir ici ? Et arrête de hurler, d'un, tu ne peux pas sortir et de deux, je ne vais pas te faire de mal. Je ne suis pas un monstre non plus. Du moins, plus maintenant.
Avant oui. Suivant le point de vue. Mais je n'avais jamais blessé un loup pour autant.
- Assit.
Non, je ne lui laissais pas le choix. Et ce n'était pas pour prouver une sois disante dominance, non, c'était uniquement pour mon propre confort. Le voir s'agiter dans tous les sens m'énervait.
- Bon. Si on oublie le fait que tu as abîmé ma précieuse, je n'ai rien contre toi. En fin de compte, la chose que je ne comprends pas, c'est pourquoi tu as osé me suivre ? Je pensais que les loups étaient beaucoup plus prudents que ça. Tu ne t'es pas dit... Je ne sais pas, que je pourrais être dangereux ou un chasseur non ?
Je n'étais pas son père, mais bon sang quelle imprudence !
Je soupirais alors avant de m'asseoir également et me laisser tomber sur le dossier moelleux de mon fauteuil.
Allé Kylian, tu veux changer de vie. Ne tue plus personne juste parce qu'on a touché Nephilim. Et encore moins un loup.
- Bon. Je vais passer l'éponge pour cette fois. Mais juste. Pour. Cette. Fois. Compris ? Tu as soif, faim ? Je ne sais pas ton âge, mais au cas où j'ai plein de truc sans alcool. Et sans sang, promis.
Je venais de lui donner un indice sur mon espèce, à moins qu'il l'ai deviné depuis un moment. Perso, son odeur ne m'avait laissé aucun doute sur la sienne.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur




You're the love that I hate, You're the drug that I take
Can you change me ? From the monster you made me

avatar

Joshua Pears


◘ Avatar : Ezra Miller
◘ Crédits : Evie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 104
◘ Jetons : 240
◘ Age du perso : 21 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
Dim 11 Nov - 19:26
Y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au litJoshua est en proie à la panique, partagé entre l’idée d’avoir été capturé par un chasseur qui va lui faire la peau ou un mafieux qui va lui couper une main. Aucun des scénarios ne lui plaît et l’idée de se transformer pour se défendre commencer à germer malgré lui dans sa petite tête de jeune pris au piège. Ses yeux noirs ne quittent plus son geôlier et guettent le moindre de ses mouvements. Qu’il fasse un seul pas vers lui et le jeune loup serait bien capable de laisser les commandes à son instinct offensif.

Mais au lieu d’agresser le jeune comme à leur première altercation, l’homme reste de son côté du bureau et le fixe lui aussi avec un drôle de regard. Un regard brièvement jauni par une lueur qui n’a rien d’humaine. Joshua en a le souffle coupé et reste interdit, choqué par la révélation subtile de son ennemi du soir. Il a les yeux bien ouverts et ne peut pas l’avoir rêvé n’est-ce-pas ? Le cœur du jeune loup bat trop vite pour lui permettre de réfléchir sereinement à ce qu’il vient de voir. Serait-ce possible que le patron qui lui fait face ne soit pas humain lui aussi ? Joshua est dubitatif. Voilà qui expliquerait la raison pour laquelle ce fou furieux a parlé d’autres espèces.

Néanmoins, considérer que l’homme qui lui fait face n’est pas humain ne réassure en rien le jeune Pears. Il n’a jamais été confronté au monde surnaturel mis à part auprès de quelques sorciers et sorcières. Alors malgré une inquiétude qui ne décroit pas, le petit loup ne peut s’empêcher d’observer encore son interlocuteur avec une nouvelle lueur curieuse dans le regard, à la recherche d’indices supplémentaires. Il l’écoute avec une grande attention et cesse de s’agiter en hurlant lorsqu’il lui affirme qu’il ne lui fera pas de mal.

Oh il ne va pas le croire sur parole et restera méfiant tant qu’il n’aura pas retrouvé pleinement sa liberté, mais l’idée qu’il ne va finalement pas mourir ce soir le rassure. La perspective de la transformation s’éloigne à nouveau et la pression de la malédiction devient moins douloureuse à contrôler. Sur ordre sèchement donné de son geôlier, Joshua s’approche finalement du bureau avec une lenteur méfiant et tire la chaise qui lui est offerte pour s’assoir le plus loin possible de l’homme qui lui fait face. Il n’apprécie pas vraiment de ne pas avoir le choix, mais la petite voix de la sagesse dans sa tête lui conseille d’obéir pour engager une conversation plus pacifique que de simples hurlements. De toute façon, maintenant qu’il est coincé pour de bon, il vaut mieux jouer le jeu du patron. Même s’il n’a pas vraiment d’autre réponse que « te faire chier ducon » à sa première question, qu’il élude donc en restant soudainement silencieux.

Mais voilà qu’il recommence à le questionner. Joshua fronce légèrement des sourcils. Est-ce qu’il a déjà oublié la façon dont il l’a attrapé par le col un peu plus tôt ? Il n’a pas fallu chercher bien loin pour Joshua avant de crier vengeance et de se décider à le suivre pour lui donner une petite leçon à son tour. Que dire d’autre ? C’est idiot les adolescents. Mais le jeune loup n’a pas le temps de répondre. La suite du discours du boss le laisse une nouvelle fois interdit. Non seulement il a deviné sa nature sans problème, mais en plus il mentionne le danger des chasseurs. Un nouveau frisson hérisse les poils du jeune piégé. Non, il a été idiot. Il s’est comporté comme un pauvre petit humain un peu abruti par ses jeunes années. Il a foncé droit dans le piège et la constatation de ce que son erreur aurait pu lui coûter affiche un air hébété sur le visage du loup. A trop renier sa nature de loup, voilà qu’il en oublie même d’éviter les dangers auxquels il peut s’exposer malgré lui. La nouvelle le frappe en plein cœur et son teint devient probablement plus livide alors que son regard cherche du soutien sur le contenu du bureau qui lui fait face et sur le sol.

« Non.. Je.. je.. » Il n’a pas de mots, pas d’explications. Son imprudence le terrifie lui-même. La rapidité et la facilité avec laquelle l’homme l’a démasqué aussi. Joshua pensait être à l’abri parmi les humains de New-York, mais la menace qui l’avait manqué de peu en Alaska continuera de le poursuivre jusqu’au bout du monde. Il ne pourra jamais mener une vie normale, comme n’importe quel humain. Il ne trouve ni l’envie ni l’inspiration pour finir sa phrase. Le patron du bar a raison, il a manqué de prudence, un point c’est tout. Aucune explication ne pourrait justifier son acte profondément idiot.

Heureusement, l’homme ne laisse pas le temps au petit de s’apitoyer sur son sort. Visiblement, le temps de la paix est déclaré et il prend place également dans son fauteuil. Joshua remonte les yeux vers lui en le regardant s’installer et hoche vaguement de la tête lorsque le propriétaire accepte de lui pardonner. « Ouais. Euh… désolé pour la voiture, c’était idiot. » Il hausse les épaules parce qu’il ne sait pas quoi dire d’autre. Il pourrait souligner le fait que les torts étaient tout de même partagés, mais la petite voix de la sagesse lui conseille vivement de s’arrêter là.

« Elle est vraiment belle en plus. » Joshua le brosse un peu dans le sens du poil, même s’il n’en pense pas moins, et voilà que le patron lui propose même un repas ! Maigre consolation, mais consolation tout de même après toutes les émotions par lesquelles le jeune loup vient de passer. L’idée d’être toujours exposé à la menace des chasseurs ne quittera plus son esprit, mais l’indice immanquable que lui donne l’homme sur sa nature éveille à nouveau la curiosité de Joshua et le sort de sa morosité de vaincu. « Alors tu es un vampire ?? » Il demande d’un air un peu plus fasciné qu’il ne l’aurait voulu en faisant courir un regard nouveau sur son interlocuteur. C’est le premier de son espèce que le jeune loup rencontre. « Tu as quel âge ? » Il questionne aussitôt sans parvenir à se retenir. Son père adoptif est aussi un immortel et ses longues histoires sur des temps anciens sont toujours fascinantes aux yeux du jeune loup. Réaliser avoir abîmé la voiture d’un vampire millénaire redonne le sourire à l’imprudent qui n’aurait pas imaginé avoir une telle occasion un jour.

Et puis il réalise soudainement qu’un vampire ça boit du sang, alors il lance un nouveau regard suspicieux au vampire en l’interrogeant : « J’suis majeur, mais tu me fais pas manger pour boire mon sang juste après, hein ? » Il s’ éloigne dans sa chaise en scrutant la moindre trace de mensonge sur le visage de son interlocuteur.
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kylian Byrne


◘ Avatar : Ben Barnes
◘ Crédits : Miss Pie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 161
◘ Jetons : 217
◘ Age du perso : 31 ans humain, 32 ans vampire
◘ Emploi/loisirs : Boss du bar "Le Lux"
◘ Côté coeur : Célibataire
Sam 17 Nov - 22:36
y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit
Finalement assit, j'observais le jeune qui continuait son air un peu rebelle de la belle jeunesse avant de sembler réfléchir. Je n'étais en aucun cas responsable de lui ou autre, mais en tant que vampire, la sécurité des surnaturels me semblait importante. Ça l'était pour lui et pour nous tous. Si j'avais été un chasseur, ça aurait été une raison rêvé pour hurler au monde entier la dangerosité de ces êtres diaboliques. Et j'aurais pu le faire dans mes jeunes années également, lorsque j'étais moi-même du côté des chasseurs irréfléchis.
C'était comme tout détracteur. La moindre raison était bonne à prendre pour gonfler notre position et nos paroles. C'est comme ça que la secte des chasseurs catholiques m'avait retourné le cerveau en Italie. En me disant des mensonges ou des anecdotes hors contextes. Des vampires affreux, des loup-garous dangereux. Des simples contes pour enfants transformés en tragédie grecque pour amplifier ma haine. Cependant, je n'avais jamais ressenti un acharnement immense pour les loups comparé à mon ancienne haine pour les vampires. Non, pour moi les loups subissaient juste une malédiction et je les plaignais. Enfin, c'était avant. À présent, je sais que c'est tout autre chose. Et ma haine des vampires, forcément, a stoppé avec ma propre transformation. Tout comme la confiance que j'apportais à ma "famille" adoptive en voyant que ces derniers voulaient juste ma mort après ça. Peut-être que c'est aussi pour ça que je l'épargne, pour me pardonner mes propres erreurs. Et parce que je sais, qu'au fond, même si je tiens à ma voiture pour ce qu'elle représente, que c'est juste matériel. Il n'y avait pas mort d'homme, loin de là.
Après un soupire, pour moi-même, je relevais les yeux vers mon petit invité forcé.
Je n'attendais pas une réelle réponse de sa part, juste une réflexion qu'il semblait vraiment avoir. Je soupirais de nouveau, laissant le silence remplir la pièce un instant avant de reprendre mes paroles tout en posant mes coudes sur le bureau.
Autant passer l'éponge et penser à autre chose. Il aurait été humain, j'aurais peut-être été moins clément. Je souriais à ses paroles.
- Elle est belle, elle est chère et... Elle compte énormément pour moi.
Et non, je n'allais pas non plus lui offrir la joie immense de partager la faute. Qu'est-ce que j'avais à me repprocher hein ? Je m'étais juste légèrement emporté, mais ça aurait pu être pire. Il aurait pu vraiment passer au travers le pare-brise. Le sien, bien entendu.
Bon, allé, je suis gentil, je lui propose quelque chose à manger. Je n'étais pas un monstre, je ne l'étais plus. Puis avouons le, il est mignon. Quoi ? On ne juge pas, merci !
Je souriais de nouveau à sa question.
- Bonne pioche ! Maiiiis, je ne donnerais pas mon âge, je te laisserais le découvrir...
Ouais, j'avoue, l'idée qu'il pouvait penser que j'avais des centaines d'années me laissait rêveur... Et j'ai bien le droit de rêver !
Je finis par me lever en rigolant à ses dernières paroles. Je sentais la peur dans sa voix et c'était vraiment adorable. Mais légitime.
- Non... Je ne bois pas du sang de loup si cela peut te rassurer... De plus, la plupart de mes employés sont des loups avec qui je m'entends parfaitement bien. Donc, destresse et vient avec moi... Je vais te préparer quelque chose et j'ai un cocktail spécial loup à te montrer...
Oui, technique peut-être marketing mais ça me faisait plaisir également. Je le laissais me suivre avec prudence avant de descendre au bar. Je demande ensuite à Benji, mon fameux loup barman, de me préparer un cocktail spécial pour notre jeune ami tandis que je prépare quelques ingrédients.
- Burger, ça te va ? C'est un peu la seule chose que j'arrive à préparer convenablement... Mais ils sont bons hein !
Voilà mon vrai moi. Je ne suis pas agressif en règle général. Enfin, pas tout le temps en tout cas. Je préfère être cordial... Même si m'avoir en ennemi n'est pas conseillé... Loin de là.
Une fois la réponse donnée, je commençais à préparer.
- J'espère que personne t'attend, sinon ils risquent de s'inquiéter... Saignante la viande ? On ne sait jamais finalement. Ici, c'est un bar pour nous, que ce soit vampires, loups, sorcières, bref. Pas de chasseur dans ces lieux et aucun danger. Donc, n'angoisse pas.
Je le sentais toujours un peu fébrile, à raison. Benji lui faisais alors glisser le cocktail devant lui avant de filer à d'autres occupations.
- C'est spécial loup-garou, une recette secrète de Ben venant tout droit de son ancienne meute du canada. Tu peux y aller sans crainte...

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur




You're the love that I hate, You're the drug that I take
Can you change me ? From the monster you made me

avatar

Joshua Pears


◘ Avatar : Ezra Miller
◘ Crédits : Evie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 104
◘ Jetons : 240
◘ Age du perso : 21 ans
◘ Emploi/loisirs : Etudiant
Sam 24 Nov - 15:18
Y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au litLa tournure de la conversation finit par détendre un peu Joshua. Il est si fasciné par cette rencontre d’un genre nouveau qu’il en oublie étonnamment vite la raison première de cet échange. Par-dessus le marché, le vampire lui livre une réponse typique de ceux qui ont vécu des siècles et des siècles. Dans les films, c’est toujours ceux qui ne veulent pas révéler leur âge qui sont porteurs de lourds secrets oubliés par l’Histoire. Alors en se mordant pensivement la lèvre, le jeune loup accepte silencieusement le défi. Aussitôt il essaye de capter un indice, la façon de parler de son interlocuteur ou un objet révélateur qui servirait de décoration à la pièce. Vu la manière brute avec laquelle le vampire l’a traité un peu plus tôt, il vient de toute évidence d’une période sans foi ni loi. Peut-être bien le Moyen-Âge…

Le rire léger qui échappe au vampire rappelle cependant le jeune au présent. Et sa curiosité redouble lorsque le patron fait une nouvelle révélation à Joshua avant de l’inviter à le suivre. Il y a d’autres loups ici ! Aussitôt les battements de son cœur s’excitent et il ouvre de grands yeux en hésitant à quitter sa chaise. Depuis la perte de ses parents, Joshua n’a jamais vraiment eu l’occasion de fréquenter d’autres loups. Il ignore comment se comporter avec eux et a toujours grandi en tant que loup solitaire. L’idée d’être soudainement entouré par plusieurs d’entre eux est à la fois surexcitante et terrifiante pour le jeune Pears. « Ah oui ? Ils sont combien ? » Il finit par demander d’une voix un peu hésitante tout en se décidant enfin à suivre son hôte dans les escaliers.

C’est au bar qu’il prend timidement place, déconcerté à la fois par l’hospitalité dont fait soudainement preuve le patron des lieux et par la présence du barman que Joshua ne peut pas s’empêcher de fixer maladroitement. « Oui, ça me va ! » Il parvient enfin à détacher son regard de l’autre loup pour répondre à l’homme qui lui propose un burger. Dire qu’un peu plus tôt il songeait probablement à lui arracher la tête ou à le vider de son sang…  C’est une drôle de soirée qu’il est en train de vivre. Il ne comprend pas tout mais se laisse docilement mener de surprise en surprise, étonné, inquiet et curieux tout à la fois. « Je vais prévenir mon père. » Joshua informe simplement lorsque le boss lui demande s’il est attendu quelque part. Balthazar ne s’inquiète pas forcément de le voir rentrer tard, mais pour cette fois, le fils préfère l’informer de ses occupations. Même si la tension est retombée, le jeune loup ne se remet toujours pas complètement d’avoir été démasqué si soudainement. « Oui, saignante ! » Il confirme tout en écrivant rapidement un bref sms.

Une fois son père prévenu, il écoute avec attention les explications du patron aux cuisines. Un bar pour les surnaturels, où les chasseurs ne seraient pas les bienvenus. L’idée fascine à nouveau le jeune Pears qui ne peut s’empêcher de se demander comment un tel peuple concentré au même endroit peut rester discret alors que lui a été démasqué si rapidement. Il n’a pas le temps de poser la question cependant, déjà le fameux Ben lui tend le cocktail spécial que lui a promis le boss. Joshua murmure un bref merci sans oser en dire davantage. La rencontre fut brève mais intense pour le jeune loup qui fixe le breuvage avec un drôle d’air. Il n’a jamais goûté quoi que ce soit qui venait d’un autre loup, et il ne s’attendait certainement pas à le faire ce soir en entrant ici. Alors tout en remuant le liquide d’un air hésitant, il questionne le grand patron : « Vous n’avez pas peur qu’un chasseur vienne ici par malchance et découvre votre secret ? » C’est une question qui lui semble légitime. Après tout, si quelqu’un de malintentionné entend parler de cet endroit, c’est probablement le lieu de chasse ou au moins de repérage rêvé pour un chasseur. Pourtant, toutes les attentions que le vampire lui a témoignées depuis que les choses se sont apaisées entre eux finissent par persuader le loup de moins s’inquiéter et de tester le breuvage spécial loup-garou du Canada.

Il en prend d’abord une petite gorgée pour goûter de manière suspicieuse, et c’est là que tout change. Le propriétaire des lieux n’a pas menti en lui faisant les louanges du cocktail. Le Lux devient soudainement le bar préféré du jeune Pears qui avale encore un peu du précieux liquide. Dommage que la recette soit secrète, il aurait bien voulu en connaître les ingrédients. Des ingrédients qui lui montent rapidement à la tête et qui dessinent un sourire léger sur son visage. « C’est vrai que c’est une réussite ! » Il déclare, surpris de découvrir un goût si particulier, avant de profiter que le vampire soit aux fourneaux pour l’observer un peu plus en détails. C’est un curieux phénomène, profondément inquiétant au départ mais qui a finalement un bon fond. Un hôte pour toutes les créatures surnaturelles de la ville. Une drôle de surprise, que Joshua finit doucement par apprécier. « Et il y a aussi des cocktails spécial vampire ou je vais boire tout seul ? » Il demande avec un demi-sourire et sirote son verre jusqu’à ce que le vampire quitte son poste de cuisinier. « Tu as déjà été chassé par l’inquisition ? » Joshua demande aussitôt avec un grand regard impressionné, toujours occupé à deviner l'âge de son hôte.
©️ 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kylian Byrne


◘ Avatar : Ben Barnes
◘ Crédits : Miss Pie
◘ Date d'inscription : 25/09/2018
◘ Messages : 161
◘ Jetons : 217
◘ Age du perso : 31 ans humain, 32 ans vampire
◘ Emploi/loisirs : Boss du bar "Le Lux"
◘ Côté coeur : Célibataire
Sam 8 Déc - 23:24
y'a des jours où il vaut mieux faire croire que t'es malade pour rester au lit
Je descends alors les marches, le jeune à ma suite. Je lève un peu les yeux au ciel, technique un peu stupide, mais ça m'aidait à compter. Combien de loup travaillait ici ? Bonne question. Mais il y en avait au moins cinq. Benji, deux de mes hosts et bien sûr deux gars de la sécurité. Parfois, j'en oubliais même de quelles espèces mes employés appartenaient.
- Cinq... Dont mon barman, Benji qui est un ami très cher à mes yeux.
Après quelques marches et quelques pas, on arrive finalement au bar. Je me pose derrière, sortant quelques trucs pour lui proposer un burger. Je demande ensuite à Ben de me préparer un cocktail.
- Benji, un spécial loup s'il te plaît pour le jeune homme !
- Ça marche, c'est prêt dans deux minutes !
Je continue la préparation, rappelant à Joshua de prévenir toute personne qui pourrait s'inquiéter. Ce serait dommage de voir débarquer papa loup ou autre dans le bar en panique.
Je souris lorsqu'il me certifie qu'il la veut saignante. Ha, ces loups. Je commençais à les connaître par cœur. Mais c'est peut-être aussi parce qu'à l'époque, où j'étais humain, je mangeais moi-même également tout saignant. Et puis. Maintenant. Je me nourrissais que de ça. Quelle ironie parfois.
Benji revient alors et pose la boisson devant le plus jeune.
- Tiens mon grand. Recette de moi-même venant tout droit du canada ! Tu m'en diras des nouvelles !
Benji est tellement le papa du bar. Il est un vrai père pour nous tous. Il était devenu le paternel que j'aurais aimé avoir, moi, le petit né sous X.
Le loup reste d'ailleurs pas très loin tandis que je termine ma préparation, la mettant alors au four.
- Nous restons le plus discret possible. On évite de trop parler de ça, au cas où. J'avais le même bar à Londres, là où les chasseurs sont extrêmement nombreux.. On a jamais eu de soucis heureusement. J'y veille au grain, je vérifie chaque personne le plus possible. Mon jeune frère est hacker, ça aide... Je veux que cet endroit reste un refuge plus qu'un bar. J'ai même des chambres à côtés pour mes host ou des gens qui ont besoin d'abris...Dans quelques minutes, ce sera prêt !
Je reviens face à lui alors qu'il teste le cocktail. Et comme toujours, ce dernier à un succès monstre avec les canins ! Je sens Benji sourire derrière moi tandis qu'il nettoie quelques couverts.
Je rigole un peu ensuite à sa réponse tandis que je me prends un verre, versant une poche de sang à l'intérieur avec quelques arômes.
- Quel patron indigne je ferais si je ne buvais pas avec mon invité.
Je bois une gorgée avant de soupirer.
- Non, heureusement... J'ai été chassé en Angleterre par contre, de nombreuse fois. J'ai très souvent failli mourir pour de bons. J'espère que ce ne sera pas pareil ici... Mais tant qu'on touche pas à mon bar et mes protégés...
Je bois une second portion avant de discuter un peu. Le bip du four sonne quelques minutes après la fin de mon verre.
- Ha, c'est finit !
Je pars chercher le burger que je mets dans une assiette plus tiède avant de lui poser en face.
- Tiens... Fais gaffe, c'est chaud... Et toi, déjà chassé ou pas ? Tu vis dans une meute ou autre ?
Benji vint prendre part ensuite à la conversation.
- Alors t'as aimé du coup ?
Il était si fier de sa recette qu'il ne pouvait pas s'empêcher de demander des avis à chaque service. Et Dieu sait qu'il n'avait jamais eu d'avis négatifs dessus !
- Content de te faire plaiz louveteau !
- Si tu as besoin d'un loup, Benji est le meilleur pour ça ! Tu peux venir le voir quand tu le souhaites pour x raisons !

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur




You're the love that I hate, You're the drug that I take
Can you change me ? From the monster you made me

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Il y a des jours où il vaut mieux rester couché... [Jet Hyle, Roy Shinku Hibana]
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: